Infos et enquêtes à Bordeaux et sa métropole
Infos et enquêtes à Bordeaux et sa métropole
Les plages face aux marées de Bordelais
Société 

Les plages face aux marées de Bordelais

par Simon Barthélémy.
Publié le 3 novembre 2015.
Imprimé le 08 mars 2021 à 10:14
27 054 visites. 11 commentaires.
Le Porge (WS/Rue89 Bordeaux)

La plage du Porge peut recevoir jusqu’à 30 000 visiteurs par jour (WS/Rue89 Bordeaux)

Les habitants de Bordeaux Métropole sont les plus nombreux sur les plages girondines. Ils y vont à 95% en voiture, causant la saturation des voies et des sites. Les collectivités locales veulent mieux répartir ces flux. La commune du Porge va supprimer plus de 20% de ses places de parking.

Un beau dimanche de mai, en plein mois d’août ou pendant l’été indien, la plage du Porge peut accueillir jusqu’à 30000 personnes par jour. Soit plus de 10 fois la population de cette commune girondine, et une affluence venue pour un tiers environ de la métropole bordelaise. A Lège-Cap Ferret, il peut y avoir plus de 100000 estivants sur les plages.

Or « cette fréquentation pose des problèmes de saturation des principaux axes routiers et des parkings de plage, mais aussi de sécurité incendie, de surveillance de baignade et de protection de l’environnement », relève le GIP Littoral Aquitain. Ce groupement d’intérêt public, qui fédère la région, les trois départements et l’ensemble des collectivités de la côte, est notamment en charge de la lutte contre l’érosion. Il a signé ce lundi une convention avec Bordeaux Métropole.

Objectif : mieux réguler les flux entre les plages et l’agglomération, grâce aux nouvelles technologies et à une offre de transports remaniée.

« Les habitants de la métropole veulent passer du bon temps sur le littoral, et il y aura de plus en plus de flux à l’avenir avec l’augmentation de la démographie, rappelle Christophe Duprat, vice-président de la métropole en charge des transports. Mais les collectivités locales ne vont pas doubler les voies pour aller vers les stations balnéaires, il faut inventer de nouveaux moyens. »

76% des Bordelais reculent devant les bouchons

Lesquels ? Pour en décider, un questionnaire a été lancé, visant à mieux connaître les habitudes et les envies des Bordelais. Un millier ont répondu, le GIP et la métropole en espèrent le double pour avoir un panel représentatif. Mais des informations intéressantes s’en dégagent déjà.

D’abord, 40% de la fréquentation des plages girondines s’effectue en dehors de la période estivale, et cette part ne cesse de croître.

Ensuite, les spots préférés des Bordelais – le Porge, Lacanau et le Grand Crohot à Lège-Cap Ferret – sont saturés 10 à 15 jours par an.

Enfin, et ce n’est pas un scoop, 95% vont à la plage en voiture. Mais aussi, et c’est plus surprenant, 76% ont renoncé à leur virée océane à cause des embouteillages. Et une proportion similaire de répondants au questionnaire seraient prêts à changer leur comportement.

Sous les smartphones, la plage

A quelles conditions ? C’est ce que le questionnaire devra établir. Pour l’heure, Bordeaux Métropole et le GIP Littoral Aquitaine travaillent d’ores et déjà sur un outil numérique de prédiction du trafic et de l’affluence sur les plages.

Une société bordelaise, Ants, met ainsi au point des capteurs permettant de connaître en temps réel le nombre de plagistes en fonction de la quantité de smartphones qui s’y trouvent dans un périmètre de 200 à 500 mètres. Associées à d’autres facteurs, comme la météo ou la circulation sur la rocade, ces données permettront donc de décaler son départ, ou de changer de point de chute.

Une famille partant de la rocade bordelaise pourrait par exemple s’orienter vers les lacs pour éviter les bouchons à l’océan, par exemple.

Mauvais plans

Les tests devraient se dérouler encore un an, pour être effectués pendant l’été 2016. Ensuite, Bordeaux Métropole et GIP Littoral Aquitaine devraient faire des propositions, notamment pour améliorer l’offre de transports publics, limitée pour l’heure aux liaisons Transgironde entre l’agglo et la côte (16 cars par jour en été pour Lège-Cap Ferret, par exemple).

Aucune piste précise n’a été délivrée, mais les élus ont évoqué l’exemple des navettes à Biscarosse, ou l’utilisation possible des parkings des hypermarchés de la métropole comme point de départ de modes collectifs.

« Notre ambition, c’est aussi d’allonger la saisonnalité et de répartir les flux sur davantage de territoires, déclare Renaud Lagrave. Mais cela veut dire plus de lieux surveillés que les 157 « plans plages » actuels sur le littoral aquitain. Il faudrait pour cela que les collectivités aient des moyens qui ne sont pas au rendez-vous aujourd’hui. L’Union européenne a par exemple baissé ses cofinancements pour les plans plages (2 à 3 millions d’euros par an). »

Avec la baisse des dotations de l’Etat, ce sont désormais les communes qui doivent par exemple financer les maître nageurs sauveteurs pour remplacer les CRS.

Des poubelles aux places de parking

Aussi, elles tentent de faire des économies. La mairie du Porge a par exemple décidé de réduire de 20 à 25% la taille de ses parkings à la plage.

« Ce n’est pas que nos collectivités ne veulent pas accueillir les Girondins, plaide Martial Zaninetti, premier adjoint au maire du Porge. Mais on est obligés de baisser les coûts de fonctionnement de la plage, qui représentent 200000 euros pour notre commune. Nous avons déjà supprimé les poubelles sur la plage et sur le parking. Réduire le nombre de places de voitures sur ce dernier, qui en compte 3500, peut nous faire économiser 30000 à 50000 euros sur les prestations que nous devons payer à l’ONF (office national des forêts). Cela ne sera gênant que 15 jours par an. »

Aussi, l’élu du Porge se réjouit de la convention signée avec la métropole, « première pierre » vers une collaboration plus étroite, voire une mutualisation des moyens. La petite ville avait déjà demandé son aide à la communauté urbaine de Bordeaux pour la gestion des déchets.

Si la collaboration entre le GIP Littoral et la métropole obtient des résultats concrets, la méthode pourrait être transposée à d’autres agglomérations de la région.

Article actualisé le 28/09/2016 à 16h40
L'AUTEUR
Simon Barthélémy
Simon Barthélémy
Journaliste, rédacteur en chef de Rue89 Bordeaux

En BREF

La statue de Chaban-Delmas travestie et baptisée Jacqueline en vue du 8 mars

par Simon Barthélémy. 1 145 visites. 1 commentaire.

Un Bus Covid’mobile pour des dépistages de proximité à Bordeaux Métropole

par Shan Cousineau. 334 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Bordeaux adopte une motion pour la mise à l’abri des jeunes étrangers en recours

par Victoria Berthet. 4 044 visites. Aucun commentaire pour l'instant.
×