3 choses à ne pas rater à Bordeaux fête le vin
Vie pratique 

3 choses à ne pas rater à Bordeaux fête le vin

Bordeaux Fête le Vin à partir de ce jeudi soir. Si la dégustation est l’épreuve reine de la manifestation, d’autres animations valent le détour. En voici trois qui ne vous donneront pas mal à la tête le lendemain.

On ne voit que ça sur les quais de Bordeaux. Un village d’1,7 km de long s’étale de la bourse maritime jusqu’à la maison éco-citoyenne pour célébrer le 20e anniversaire de Bordeaux Fête le Vin, manifestation initiée en 1998 lorsque la France organisait son mondial de foot.

« Alain Juppé a voulu proposer aux Bordelais un événement festif, explique Stephan Delaux, adjoint au maire, chargé du tourisme et de l’animation de la ville. Bordeaux avait une réputation d’une ville bourgeoise et triste, Bordeaux Fête le Vin l’a réveillée. »

Cette année encore, pour le prix d’un pass à 21 euros, 1200 vignerons vous proposeront 12 dégustations sur 3 jours. Mais la déambulation dans les allées, considérablement élargies pour cette édition, vous emmènera également à découvrir d’autres animations : des concerts, des foodtrucks, des stands de tous les départements de la Nouvelle-Aquitaine… et aussi une exposition sur l’histoire du port de Bordeaux, des initiations à la dégustation, et l’exceptionnel rassemblement de grands voiliers. Sans oublier le spectacle pyrotechnique, chaque soir, du Groupe F et son dragon navigant sur la Garonne.

Une trentaine de grands voiliers pour Bordeaux Fête le Vin (WS/Rue89 Bordeaux)

Bateaux sur l’eau

Durant les cinq jours de Bordeaux Fête le Vin, une trentaine de grands voiliers fera escale le long des quais. Ce qui donnera « 1,1 km de coques de bateaux », selon Stephan Delaux. Parmi ceux qui arrivent de Liverpool ou Dublin, mais aussi de plusieurs ports français, on verra très rapidement L’Hermione qui devra partir après l’inauguration pour regagner le port de Rochefort dont le chenal, avec une marée d’un fort coefficient, sera praticable pour permettre la navigation de la frégate.

Lors de ce rassemblement, il sera possible de visiter certains navires, d’assister à la parade des équipages, et à des soirées à bord de certains voiliers. Si chaque voilier est arrivé de son côté, il ne faut pas manquer la grande parade de départ le lundi 18 juin à 11H où ils quitteront le port de la Lune toute voile dehors.

Parmi les prestigieux Belem, Atyla, Kruzenshtern et autres El Galeon, les Bordelais Arawak et Sinbad seront de la partie. Ce dernier est un ancien chalutier-thonier des chantiers Bénéteau datant de 1955. Remis à l’eau avec un gréement de goélette, son histoire est liée à celle de la famille Sainrames qui l’acquit en 2005, à l’état d’épave, pour un euro symbolique et qui l’a entièrement restauré. Devenu un voilier de promenade aussi bien sur la Garonne que sur le bassin d’Arcachon, il propose entre autres des sorties avec des enfants malades et initie par ailleurs des projets humanitaires en Afrique.

• Déambulation gratuite sur les quais. Certains bateaux organisent des visites. Renseignements ici.

L’exposition « Voguent les vins » raconte l’histoire du port de Bordeaux (WS/Rue89 Bordeaux)

Le port en vogue

Survoler les quatre siècles où le vin de Bordeaux avait la priorité, devant les vins du Haut-Pays, pour être vendu aux étrangers débarquant sur le port de la Lune. Redécouvrir les projets futuristes de transport à la voile de Guillaume Le Grand de l’agence TOWT ou des cargos dans le vent d’Yves Parlier. Revoir les magnifiques tableaux du port par Pierre Lacour, Adrien Marquet, Richard Faxon, ou Odilon Redon. L’exposition « Voguent les Vins » ne manque pas d’arguments pour séduire le grand public.

Dans cette histoire concentrée de l’histoire du port de Bordeaux à travers celle des vins, le spectateur découvrira les moments fastes et les périodes difficiles des marchands, des négociants, mais aussi des armateurs et des chantiers navals, avec une légère référence à la traite négrière.

A travers un ensemble d’illustrations venues pour la plupart des musées et des collections bordelaises, et des extraits de textes et de récits de voyages, dix siècles défilent à travers des séquences savamment agencées pour constituer une exposition qui se veut le cœur de l’édition 2018 de l’événement.

Par ailleurs, le musée des Beaux-arts propose une visite dans ces murs pour découvrir l’importance du vin dans les œuvres de sa collection permanente. Le musée national des Douanes propose quant à lui deux parcours sur le même sujet. A noter que l’imposante sculpture de l’artiste anglaise Lulu Quinn, « Message in a bottle », n’a pu quitter Liverpool pour être montrée à Bordeaux.

• Accès gratuit à l’exposition. Renseignements ici.

Des outils pour comprendre la dégustation sont proposés par l’École du vin (WS/Rue89 Bordeaux)

Boire au nez et à l’œil

Le pavillon de l’école du vin de Bordeaux propose des expériences originales et ludiques pour les néophytes et les avertis. Cette année, plusieurs nouveautés sont à découvrir et elles valent la peine de s’y arrêter. En plus de l’Œnoquizz qui propose un tour d’horizon sur les vins de Bordeaux, les Accords inattendus qui marient le vin de Bordeaux avec des saveurs du monde, le bar Végétal et la Parenthèse sensorielle méritent l’essai.

En partenariat avec La Ruche qui dit oui ! Le bar Végétal est la proposition qui ne manquera pas de surprendre par l’originalité de ses expériences. Fruits et légumes crus et issus d’une production responsable et locale seront associés à des cépages et des vins pour mieux comprendre la diversité des goûts et des saveurs : cerises et Pauillac, girolles et Pomerol, feuilles d’huîtres et Entre-deux-Mers…

La Parenthèse sensorielle sera sans doute la pause la plus feng shui du weekend. Dans un cocon cosy, une expérience inédite de dégustation est à vivre loin du brouhaha de la foule. Le nombre de places est limité et il est vivement conseillé de réserver et de prévoir un bon quart d’heure.

• Accès pour les personnes munies de pass dégustation. Renseignements ici.

L'AUTEUR
La Rédaction
La Rédaction
Les informations auxquelles participent plusieurs journalistes de l'équipe.

En BREF

Après l’incendie du parking Salinières, le tram C interrompu pour une durée inconnue

par Simon Barthélémy. 686 visites. 1 commentaire.

1200 manifestants à Bordeaux contre Bayer-Monsanto

par La Rédaction. 317 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Ça roule pour les Maisons du Vélo à Bordeaux Métropole

par Esther Suraud. 1 713 visites. Aucun commentaire pour l'instant.