Les cyclistes veulent rester sur tous les ponts de Bordeaux
Société 

Les cyclistes veulent rester sur tous les ponts de Bordeaux

Le vélo est-il en plein rétropédalage à Bordeaux ? Après la fermeture de la piste cyclable sur le pont François-Mitterrand, le pont de pierre sans voiture risque d’être une victime collatérale du retard du pont Simone-Veil. Les assos de cyclistes appellent à manifester ce samedi pour les deux ponts bordelais.

Les chiffres sont pourtant au beau fixe : Bordeaux Métropole annonce une augmentation de l’usage du vélo de +12% sur l’année 2017, soit près de 80 000 usagers par jour, grandement boostée par la fermeture aux voitures du pont de pierre.

L’annonce d’un retard d’un à trois ans de l’ouverture du pont Simone-Veil fait pourtant frémir les cyclistes. Ils se rendent bien compte qu’ils pourraient faire partie des dommages collatéraux d’une telle annonce survenue en fin de semaine dernière. La décision d’Alain Juppé est attendue dans la quinzaine à venir : l’expérimentation d’un pont de pierre accessible uniquement aux vélos, transports en commun et piétons sera-t-elle remisée ou pérennisée ? La première option serait sérieusement envisagée par le président de la métropole.

Un peu plus au sud, les crispations se fixent toujours aussi sur le pont François-Mitterrand. Depuis la mi-mai, la piste cycliste historique du pont a disparu pour laisser place à une quatrième voie de circulation automobile, réduisant ainsi « l’étranglement » décrit par les autorités.

Au pied du pont Mitterrand, rive droite, le label cyclo-compatible au premier plan et son contraire au second plan (DR)

Les mains dans le cambouis

Les 25000 automobilistes qui bouchonnaient tous les jours sur le pont ont pesé plus lourd que les 300 vélos empruntant ce passage (contre 8200 sur le pont de Pierre) selon les calculs de la préfecture de Gironde. Cela fait un peu tache (de cambouis) sur le plan vélo voté en avril dernier. La concertation souhaitée par l’association Vélo-Cité n’a pas porté ses fruits, pas plus que les 2700 signataires d’une pétition. Depuis le 14 mai, le pont François-Mitterrand est définitivement fermé aux vélos.

« Pour tous ceux de la rive gauche, elle permettait d’être reliée à la piste Roger-Lapébie pour se retrouver au milieu de la forêt », déplore Delphine Rabier sur l’antenne de la Clé des Ondes.

Cette cycliste béglaise déplore la dizaine de kilomètres en plus nécessaire pour emprunter le pont Saint-Jean, de surcroit sans continuité des voies cyclables, déplore-t-elle.

Et pour quelques dizaines de kilomètres de plus (Préfecture de Gironde)

Cette citoyenne a toqué aux portes des associations pour réclamer le retour d’une piste sur le pont François-Mitterrand. Après plusieurs semaines d’échanges, un peloton s’est reformé, constitué de l’association des véloroutes et voies vertes, Vélo-Cité, Union Sportive Villenave Cyclisme, le Club Athlétique Béglais, Greenpeace, Etu’récup ou encore les ateliers de réparations associatifs Léon à Vélo, Récup’R, Cycles & Manivelles.

Manifestations samedi

Ensemble, ils estiment que la fermeture de cette piste est incohérente par rapport à la volonté d’accentuer la pratique du vélo dans la métropole. A l’instar du maire de Bègles, Clément Rossignol-Puech, ils demandent la mise en place d’une alternative pérenne avec la création d’une piste cyclable en encorbellement (comme celle construite récemment sur le pont Eiffel au-dessus de la Dordogne au niveau de Cubzac-les-Ponts). Ou encore l’installation sous le pont d’une passerelle piétonne et cycliste via l’île d’Arcins.

Lors du précédent conseil métropolitain, un rapport a été présenté envisageant un retour de la piste sur le pont « sans impact » sur la place de la voiture. Les deux alternatives avancées par les cyclistes sont notifiées. Le document conclut que « la seule solution réaliste a été évaluée à 7 millions d’euros. » Sans plus de détails sur celle-ci.

Concernant le pont de pierre, les associations espèrent que la pression empêchera le retour de la voiture. Elles organisent une manifestation en deux temps. Ce samedi à 15h, les cyclistes se retrouvent place Max-Dormoy à Bordeaux pour partir en cortège jusqu’à l’échangeur numéro 20 Cadaujac-Bègles. En fin d’après-midi, autour de Vélo-Cité, les défenseurs d’un pont de pierre sans voiture se retrouveront pour une seconde action : une chaine humaine (et musicale) reliant les deux rives.

L'AUTEUR
Xavier Ridon
Xavier Ridon
Rémois, devenu journaliste à Tours, installé à Bordeaux. Bref, file vers le Sud avec un micro et un stylo.

En BREF

La préfecture dément le blocage à la gare de Bordeaux des Gilets jaunes en partance pour Paris

par Walid Salem. 1 733 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Pour l’acte 4 des Gilets jaunes, Bordeaux va baisser les rideaux

par La Rédaction. 22 358 visites. 2 commentaires.

La manif des lycéens passe du calme rive gauche à la tempête rive droite

par La Rédaction. 1 560 visites. Aucun commentaire pour l'instant.