Enquêtes et informations de proximité
Enquêtes et informations de proximité
Les juppéistes se mettent en ordre de marche pour 2020
Politique 

Les juppéistes se mettent en ordre de marche pour 2020

par Simon Barthélémy.
Publié le 14 juin 2018.
Imprimé le 25 septembre 2022 à 14:27
3 089 visites. 1 commentaire.

Plusieurs centaines de personnes ont assisté ce mercredi Cour Mably au lancement d’Esprit Bordeaux, l’association qui prépare le terrain à une nouvelle candidature d’Alain Juppé aux municipales.

« Alain Juppé est le seul candidat sérieux à sa succession », estime son directeur de cabinet, Ludovic Martinez.

Si le maire ne fera a priori part de sa décision qu’en décembre 2019, il s’agit pour ses proches « d’être prêts à affronter tous nos adversaires ». Alain Juppé conserverait un socle électoral de 52 à 56%, selon un sondage réalisé par Esprit Bordeaux, malgré le mécontentement sur le stationnement ou les travaux.

« C’est une initiative collective pour d’éviter que Bordeaux tombe dans des mains qui ne nous plairaient pas », et dénigreraient le bilan du maire depuis 1995 , poursuit Ludovic Martinez.

Selon lui l’âge du maire n’est pas un problème – s’il est réélu, il aura 81 ans en 2026, comme Chaban-Delmas en 1994… Mais « Juppé est en pleine forme », affirme Ludovic Martinez. Celui-ci redoute davantage la division, et vante les qualités de « rassemblement » de l’ex Premier ministre. A la tribune se trouvent ainsi les adjoints de Juppé – Nicolas Florian (Les Républicains), Jean-Louis David et Anne Walryck (ex LR) – ou encore le Modem Fabien Robert. Et dans la salle, tous les membres de la majorité municipale, d’Edouard du Parc à Emmanuelle Cuny.

Première réunion d’Esprit Bordeaux à la Cour Mably (SB/Rue89 Bordeaux)

Tous sauf Virginie Calmels, première adjointe en rupture de ban, ou encore Alexandra Siarri, qui a lancé récemment son propre « think tank » citoyen, Bordeaux Demain.

« Chacun d’entre nous a pris l’engagement de ne pas faire courir d’écurie, car la division ne mène qu’à la défaite », précise d’ailleurs Ludovic Martinez, précisant que le mouvement est « ouvert à tous, à part les extrêmes ».

Les héritiers

Tous, y compris La République en Marche… Certes, le dir’cab’ du maire raille les « spéculations » sur des « prétendants venus d’on ne sait où » ; il fait référence à un article de Sud Ouest, affirmant (de source anonyme) que le parti du président pourrait s’allier à Juppé et lui adjoindre un « héritier ».

Le journal cite les noms de Jean-Marc Dumontet, producteur de spectacles et propriétaire de théâtres parisiens (Le Point Virgule, Bobino), qui avait fait campagne pour Chaban en 1989 et aurait été candidat à la candidature En Marche ! aux législatives l’an dernier. Mais le « name dropping » évoque aussi les ministres Julien de Normandie et Jean-Michel Blanquer…

« Il va y avoir un nouveau nom par mois, souffle Fabien Robert. Rappelez-vous qu’on parlait il y a peu d’Edouard Philppe, ou que les socialistes bordelais évoquaient Emmanuel Macron pour se présenter à la mairie ! Tout ça, c’est du bavardage. Mais bien sûr, il y a des discussions entre LREM et le Modem (que l’adjoint à la culture dirige en Gironde, NDLR) sur les grandes villes françaises. Le vote modéré qui s’est porté sur Emmanuel Macron est proche de celui pour Alain Juppé, il n’y aurait pas de raison de ne pas le soutenir. »

En attendant, Esprit Bordeaux fourbit ses armes. Les adhésions au mouvement, avec lequel l’association Côté Bordeaux va fusionner, sont lancées, et une « plateforme collaborative » sera créée en septembre pour faire émerger des idées, annonce Anne Walryck :

« On veut partir d’une feuille blanche, que chacun puisse faire des propositions et des réflexions. Nous nous engagerons à faire un retour à chacune de ces contributions », promet l’adjointe au développement durable.

Celle-ci enjoint par ailleurs les sympathisants juppéistes à participer à la démarche Bordeaux 2050, pour enrichir la vision prospective du candidat. Sur le fond, que ferait ce dernier ?

« La question majeure, c’est comment concilier l’attractivité retrouvée avec le fait de pouvoir garder une haute qualité de vie », estime Anne Walryck.

Des propos qui ressemblent étrangement à ceux tenus par le socialiste Vincent Feltesse, pour l’instant seul candidat déclaré pour 2020.

L'AUTEUR
Simon Barthélémy
Simon Barthélémy
Journaliste, cofondateur de Rue89 Bordeaux

En BREF

Le squat de la rue Gravelotte expulsé en moins de 24 heures par les forces de l’ordre

par Victoria Berthet. 457 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Succès de la tarification solidaire chez TBM, qui retrouve sa fréquentation d’avant-crise

par Simon Barthélémy. 433 visites. 5 commentaires.

Philippe Poutou retrouve un emploi dans le cinéma

par La Rédaction. 570 visites. 3 commentaires.
×