Enquêtes et informations de proximité
Enquêtes et informations de proximité
Logement : la loi Elan fait bondir les élus de Bordeaux Métropole
Politique  Société 

Logement : la loi Elan fait bondir les élus de Bordeaux Métropole

par Simon Barthélémy.
Publié le 16 juin 2018.
Imprimé le 25 septembre 2022 à 10:06
3 467 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

L’adoption de la programmation prévisionnelle de logements sociaux a été l’occasion pour le conseil de Bordeaux Métropole de s’inquiéter du projet de loi Elan, adopté cette semaine en première lecture à l’Assemblée nationale.

La loi sur l’évolution du logement, de l’aménagement et du numérique (Elan) imposera notamment  aux bailleurs sociaux de vendre 1% de leur parc chaque année pour compenser le manque de recettes liée à la baisse des loyers (elle même imposée pour compenser la baisse de 1,4 milliard des APL, les aides aux logements).

Pour Jean Touzeau, vice-président de la métropole en charge du logement, cela ne peut conduire qu’à « une diminution des ressources des organismes HLM » (estimée à 110 millions d’euros par les bailleurs néo-aquitains), et in fine à la mise en cause de l’objectif de construire 3500 logements sociaux par an.

« Or nous avons actuellement 20000 demandes par an, et ne pouvons attribuer que 8000, c’est donc une difficulté majeure à laquelle nous risquons d’être confrontés », poursuit le maire (PS) de Lormont.

Et d’appeler à une « mobilisation girondine », en s’adressant par exemple aux parlementaires locaux pour ne pas voter cette loi.

La moitié de la métropole carencée

Le conseiller métropolitain socialiste Arnaud Dellu a également voulu « attirer l’attention sur les dangers de cette loi » :

« La ponction de Bercy va obliger  les organismes HLM à arrêter de construire et d’entretenir leur patrimoine, ou de vendre ce qui pourra leur rapporter le plus de liquidités, c’est à dire dans les zones tendues. C’est là ou sommes le plus concernés. Cela risque en outre déstabiliser les marchés immobiliers locaux, et c’est la porte ouverte à la fin de la mixité sociale. »

D’autant que la situation locale n’est déjà actuellement pas idyllique, pointe l’élue communiste Odile Blein :

« Alors que 75% de nos concitoyens sont éligible à un logement social, 14 des 28 communes de la métropole ne respectent  pas leur obligation légale (25% de logements sociaux, NDLR), et 5 ont dû s’acquitter de pénalités ».

Il s’agit de Bruges (19,87% de logements sociaux), Gradignan (18,91%), Martignas-sur-Jalle (15,10%), Saint-Aubin-de-Médoc (9,71%) et Villenave-d’Ornon (19%). Elles ont dû à ce titre verser 690000 euros à la métropole, qui dispatche l’aide financière de l’Etat.

L'AUTEUR
Simon Barthélémy
Simon Barthélémy
Journaliste, cofondateur de Rue89 Bordeaux

En BREF

Le squat de la rue Gravelotte expulsé en moins de 24 heures par les forces de l’ordre

par Victoria Berthet. 450 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Succès de la tarification solidaire chez TBM, qui retrouve sa fréquentation d’avant-crise

par Simon Barthélémy. 427 visites. 5 commentaires.

Philippe Poutou retrouve un emploi dans le cinéma

par La Rédaction. 566 visites. 3 commentaires.
×