Logement : la loi Elan fait bondir les élus de Bordeaux Métropole
Politique  Société 

Logement : la loi Elan fait bondir les élus de Bordeaux Métropole

L’adoption de la programmation prévisionnelle de logements sociaux a été l’occasion pour le conseil de Bordeaux Métropole de s’inquiéter du projet de loi Elan, adopté cette semaine en première lecture à l’Assemblée nationale.

La loi sur l’évolution du logement, de l’aménagement et du numérique (Elan) imposera notamment  aux bailleurs sociaux de vendre 1% de leur parc chaque année pour compenser le manque de recettes liée à la baisse des loyers (elle même imposée pour compenser la baisse de 1,4 milliard des APL, les aides aux logements).

Pour Jean Touzeau, vice-président de la métropole en charge du logement, cela ne peut conduire qu’à « une diminution des ressources des organismes HLM » (estimée à 110 millions d’euros par les bailleurs néo-aquitains), et in fine à la mise en cause de l’objectif de construire 3500 logements sociaux par an.

« Or nous avons actuellement 20000 demandes par an, et ne pouvons attribuer que 8000, c’est donc une difficulté majeure à laquelle nous risquons d’être confrontés », poursuit le maire (PS) de Lormont.

Et d’appeler à une « mobilisation girondine », en s’adressant par exemple aux parlementaires locaux pour ne pas voter cette loi.

La moitié de la métropole carencée

Le conseiller métropolitain socialiste Arnaud Dellu a également voulu « attirer l’attention sur les dangers de cette loi » :

« La ponction de Bercy va obliger  les organismes HLM à arrêter de construire et d’entretenir leur patrimoine, ou de vendre ce qui pourra leur rapporter le plus de liquidités, c’est à dire dans les zones tendues. C’est là ou sommes le plus concernés. Cela risque en outre déstabiliser les marchés immobiliers locaux, et c’est la porte ouverte à la fin de la mixité sociale. »

D’autant que la situation locale n’est déjà actuellement pas idyllique, pointe l’élue communiste Odile Blein :

« Alors que 75% de nos concitoyens sont éligible à un logement social, 14 des 28 communes de la métropole ne respectent  pas leur obligation légale (25% de logements sociaux, NDLR), et 5 ont dû s’acquitter de pénalités ».

Il s’agit de Bruges (19,87% de logements sociaux), Gradignan (18,91%), Martignas-sur-Jalle (15,10%), Saint-Aubin-de-Médoc (9,71%) et Villenave-d’Ornon (19%). Elles ont dû à ce titre verser 690000 euros à la métropole, qui dispatche l’aide financière de l’Etat.

L'AUTEUR
Simon Barthélémy
Simon Barthélémy
Journaliste, rédacteur en chef de Rue89 Bordeaux

En BREF

La deuxième grève pour le climat mobilise moins à Bordeaux

par Lucile Bonnin. Aucun commentaire pour l'instant.

Filiale de Veolia, Soval va rafler le marché du traitement des déchets bordelais

par Simon Barthélémy. 868 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Après l’incendie du parking Salinières, le tram C interrompu pour une durée inconnue

par Simon Barthélémy. 867 visites. 1 commentaire.