Les marronniers de la place Gambetta abattus, leurs défenseurs aussi
Ecologie  Société 

Les marronniers de la place Gambetta abattus, leurs défenseurs aussi

La mobilisation d’association et d’écologistes bordelais n’aura pas fait plier Alain Juppé : les 17 marronniers de la place Gambetta ont été coupés tôt ce jeudi matin. Les réactions pleuvent.

Présents sur place, une vingtaine de manifestants n’ont pu que constater les dégâts – 17 arbres sont abattus, leurs branchages passés à la broyeuse -, et s’en indigner aussitôt sur les réseaux sociaux.

« Les marronniers de Gambetta, patrimoine naturel bordelais, ont été abattus au milieu de la nuit malgré l’opposition citoyenne, s’indigne le député bordelais (France insoumise) Loïc Prud’homme. Abattre des arbres c’est encore plus de sols artificialisés et des “îlots de chaleur” à venir. (…) Face à l’urgence climatique le maire poursuit sa politique d’éradication du végétal à Bordeaux. Irresponsable. »

Les marronniers de la place Gambetta ont été coupés ce jeudi 22 novembre (Photo Loïc Prud’homme)

Un motif économique ?

Le député Prud’homme estime carrément – sans plus de précision – que la rénovation vise « à servir les intérêts financiers de quelques investisseurs déjà gavés ». Le sous-entendu renvoie à une rumeur assez répandue parmi les opposants à l’abattage selon laquelle les marronniers ne feraient pas assez « classe » pour les projets de palace et de grand magasin nourris pour Gambetta par Michel Ohayon (propriétaire entre autres de l’ex Virgin et du Grand Hôtel). Sauf que le projet de rénovation de la place, lancé en 2013, et la concertation qui l’a accompagnée, se sont faits avant que ne soient connues les velléités de l’homme d’affaires bordelais.

La mobilisation (10000 signataires d’une pétition, nombreuses actions sur la place…) n’auront donc pas suffi. Le conseiller municipal écologiste Pierre Hurmic parle de « massacre » dans une vidéo postée sur la page Facebook du collectif Les marronniers de Gambetta :

« Imaginez si c’était une tempête qui avait abattu ces arbres l’émotion que cela susciterait. Or aujourd’hui c’est la main de l’homme qui a décidé, pour des raisons essentiellement esthétiques, d’abattre 17 marronniers sains. C’est une véritable honte un tel mépris pour le vivant. Jusqu’au dernier moment je pensais qu’il [Alain Juppé, NDLR] n’oserait pas, je me suis trompé. »

Une « place jardin »

Dans un communiqué de presse diffusé ce jeudi matin, la mairie de Bordeaux s’est au contraire réjouie que « le chantier de requalification débute enfin ». Dévoilé en septembre 2016, le projet du cabinet d’architectes West 8 (associé à Sabine Haristoy, paysagiste) met en avant l’objectif d’une « place jardin », piétonisée sur sa moitié Est, et comportant « 85% d’arbres en plus » :

« Oubliant l’ilot central isolé par la route, Gambetta « place jardin » sera rattachée au secteur piétonnier avec un espace vert ouvert, valorisant les plus beaux arbres du site. (…) Le parti-pris du projet est d’instaurer un dialogue entre les façades XVIIIe et le paysage pittoresque d’un jardin à l’anglaise, composé d’une large palette d’essences d’arbres, aux feuillages et floraisons variés, renouvelé pour les années à venir : la place comportait 38 arbres, il y en aura 71 (emprise des espaces verts existants 2392 m² / emprise des espaces verts du projet 3851 m²). »

La Ville ajoute que des « allées sinueuses et de vastes pelouses ombragées offriront un espace de promenade et de repos au cœur du jardin. Élément de fraicheur, une fontaine modulable (jets, miroir d’eau ou simple placette) deviendra un nouveau point de rendez-vous pour s’asseoir ou jouer ».

De quoi tenter de désamorcer les critiques sur la place du végétal à Bordeaux.

A droite, le projet de rénovation du jardin (DR)

« L’émotion gagne les habitants »

Mais en attendant que la place soit achevée, à l’horizon 2020, puis que les arbres mettent quelques années à pousser, il faudra sans doute composer avec les réactions des Bordelais devant ce « spectacle de désolation » dénoncé par l’élu municipal socialiste Matthieu Rouveyre :

« A en croire les expressions hébétées des personnes qui s’arrêtent devant la place depuis ce matin, l’émotion gagne les habitants. Pourtant, il y a une responsabilité collective. La sentinelle militante nous alerte depuis des mois, (…) l’information circulait. La très grande majorité d’entre-nous sommes convaincus de l’impérieuse nécessité d’agir pour le climat mais aujourd’hui ceux qui portent réellement le combat sont peu nombreux. Puisse cet évènement malheureux faire grossir leurs troupes. »

En commençant par boycotter le « black friday » ?

L'AUTEUR
Simon Barthélémy
Simon Barthélémy
Journaliste, rédacteur en chef de Rue89 Bordeaux

En BREF

La manif des lycéens passe du calme rive gauche à la tempête rive droite

par La Rédaction. 1 500 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Policiers et lycéens ont rejoué le siège de Stalingrad

par Baptiste Giraud. 3 185 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Cagnotte pour le gilet jaune bordelais défiguré par un tir de flashball

par Walid Salem. 8 418 visites. Aucun commentaire pour l'instant.