Stationnement : Bordeaux relâche la bride aux automobilistes
Société 

Stationnement : Bordeaux relâche la bride aux automobilistes

La mairie de Bordeaux assouplit encore les règles du stationnement payant, avec notamment un tarif résident ouvert 52 jours par an à une deuxième voiture. Et l’extension au-delà des boulevards fera désormais l’objet de votations citoyennes.

Jusqu’ici limité à une voiture par foyer, le tarif résidentiel pourra bénéficier à son deuxième véhicule (ou à celui d’un visiteur) à hauteur de 52 jours par an. Ce Pass 52 sera mis en place d’ici juin 2019 et accessible à tous les résidents bordelais – abonnés ou non – via une application internet ou une carte spécifique.

« On a ainsi répondu largement à la demande des riverains concernant leur deuxième véhicule », a déclaré ce lundi Alain Juppé.

Le maire de Bordeaux s’exprimait à l’issue d’une procédure de concertation conduite par ses adjoints de quartiers. Il a annoncé d’autres mesures pour le périmètre déjà réglementé (en stationnement payant), dont l’élargissement des tarifs réduits.

Le périmètre autour des parkings en ouvrage, à l’intérieur duquel les riverains peuvent bénéficier d’un tarif préférentiel (de 45 à 70 euros par mois selon les quartiers), va être ainsi étendu, de 300 m à un kilomètre. Seront d’abord concernés les parkings de la régie Parcub, en attendant l’accord des autres sociétés.

Le tarif résidentiel en surface sera en outre ouvert à l’ensemble des professionnels itinérants installés à l’extérieur des boulevards. Un abonnement de 30 euros jusqu’à 4 voitures sera aussi proposé aux associations reconnues d’utilité publique ou sociale – soit 400 association potentiellement concernées.

Rappelant que les artisans bénéficient déjà de mesures spécifiques, le maire a signalé que les démarches seraient simplifiées (2 formalités à remplir au lieu de 4 actuellement). Il a enfin annoncé la gratuité totale de stationnement pour les voitures 100% électriques.

Référendums locaux

Concernant les quartiers de Bordeaux qui ne sont pas encore soumis au stationnement payant (Bordeaux Maritime, Caudéran, le Grand Parc, Bastide…), et visés pour l’heur par un moratoire sur son extension, Alain Juppé a annoncé que pourraient s’y dérouler des référendums locaux sur ce sujet :

« Nous recevons des demandes d’extension du stationnement payant de la part d’habitants (dans les rues desquels se garent les automobilistes qui ne veulent pas payer leurs places, NDLR). Si beaucoup se manifestent auprès de leur mairie de quartier, nous constituerons des comités d’usagers pour étudier le projet et définir le périmètre concerné, puis le projet sera soumis à la votation des habitants. »

La mairie ne désespère pas par ailleurs d’harmoniser sa politique de stationnement dans les quartiers extra-boulevard avec les communes voisines (Bègles, Talence, Pessac, Mérignac, Le Bouscat).

S’il assure vouloir « réduire l’utilisation de la voiture individuelle », un enjeu selon lui « de survie », Alain Juppé écarte cependant pour l’instant la mise en place des zones à faible émission (quartiers où la circulation serait interdite aux véhicules les plus polluants), et que Bordeaux s’est engagée à mettre en place. Motif, selon lui :

« On essaye de ne pas exciter les Gilets jaunes. »

Comme si sous chaque Gilet jaune sommeillait un automobiliste en colère.

L'AUTEUR
Simon Barthélémy
Simon Barthélémy
Journaliste, rédacteur en chef de Rue89 Bordeaux

En BREF

A Bordeaux, 206 anti-Linky déboutés par la justice dont 13 reconnus électrosensibles

par La Rédaction. 1 commentaire.

5000 euros récoltés par Bienvenue 2019 au profit de SOS Méditerranée

par Walid Salem. 506 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Nicolas Florian veut Bordeaux solidaire avec Notre-Dame de Paris

par La Rédaction. 703 visites. 1 commentaire.