La Gironde a un plan collèges fou fou fou
Société 

La Gironde a un plan collèges fou fou fou

Le département de la Gironde a posé ce jeudi la première pierre du collège Jacques Ellul à Bordeaux, un des 12 nouveaux prévus par « le plus ambitieux plan collèges de France », doté de 640 millions d’euros, soit 140 de plus qu’initialement prévu. Objectif : répondre à la croissance démographique et accueillir les 12900 élèves attendus d’ici 2024. 

La construction d’un collège s’imposait à la Bastide, alors que la rive droite de Bordeaux doit passer en 15 ans de 15000 à 45000 habitants. Le collège Jacques Ellul – du nom de l’historien et sociologue bordelais critique de la technique – s’élèvera ainsi tout près du nouveau quartier Bastide Niel voisin. A la rentrée 2021, il accueillera 800 élèves. 

Le futur collège Jacques Ellul (Département de la Gironde/DR)

La première pierre du futur bâtiment à énergie positive, construit par l’Agence Latour – Salier a été posée ce jeudi. D’autres collèges ont été mis en chantier cette année à Cenon et Arveyres (près de Libourne), a rappelé Jean-Luc Gleyze, président du conseil départemental de la Gironde, vantant le « plan collèges, le plus ambitieux de France ».

Pose de la première pierre du collège Jacques Ellul (SB/Rue89 Bordeaux)

Années collège

D’ici 2024, 12 nouveaux collèges, peut-être 13, seront en effet ouverts en Gironde, et 10 autres réhabilités. Objectif : répondre à la « démographie galopante » du département, qui accueille 20000 nouveaux habitants par an. 

« Depuis 2017 et le lancement du plan collèges, les prévisions ont déjà sensiblement évolué, en lien avec les constructions de logements, souligne Jean-Luc Gleyze. Nous pensions avoir 7600 collégiens supplémentaires d’ici 2024, nous en aurons 12900. » 

Les 22 projets, dont les 15 premiers à être finalisés ont été présentés ce jeudi, sont toutefois conçus pour évoluer et absorber une partie de cet excédent, assure le département. Celui-ci a du néanmoins revoir à la hausse son engagement financier, qui passe de 500 millions d’euros initialement prévu à 640 millions d’euros.

Vue d’ensemble du futur collège du Haillan (Département de la Gironde/DR)

Pression démographique oblige, 8 se trouvent dans la métropole bordelaise : les nouveaux établissements de la Bastide, de Belcier, de Ginko et du Haillan, ainsi que les réhabilitations des collèges de Blanquefort, de Cenon, de Mérignac Jules-Ferry, de Bordeaux Edouard Vaillant. Le sud de l’agglomération pourrait accueillir un autre nouveau collège, dont l’implantation exacte n’est pas encore déterminée. 

Collège Feng Shui

En revanche, deux autres projets de nouveaux collèges dans la métropole bordelaise sont encore au stade de la réflexion. Il s’agit du collège de Parempuyre, qui avait suscité l’opposition des riverains du fait de sa proximité d’une exploitation viticole. Celui de Mérignac Beutre soulève aussi quelques questions au sujet de son implantation pas très feng shui, entre les pistes de l’aéroport et la rocade…

D’autres collèges se situeront aux portes de l’agglomération bordelaises, également sujette à une forte augmentation de la population, comme les nouveaux collèges du Barp et du Pian Médoc.

Le futur collège du Pian Médoc (Département de la Gironde/DR)

Mais des villes moyennes du département (réhabilitation des établissements de Langon Toulouse Lautrec et Arveyres) sont aussi concernées, tout comme les zones rurales (nouveaux collèges à Saint-Selve et Marsas, réhabilitation de celui de Lussac). Preuve s’il en est que le retour à la terre est bien réel.  

Une sanction qui ne passe pas

Jean-Luc Gleyze a profité de la présentation du plan collèges pour en remettre une couche sur la sanction financière de 12,8 millions d’euros infligée par l’Etat. Motif : le département de la Gironde n’a pas contenu à 1,2% la croissance de ses dépenses de fonctionnement.

« Ces 12,8 millions correspondent à la somme des innovations sociales du département. On nous dit quelque part qu’il nous est interdit d’emprunter, car les intérêts des emprunts sont considérés comme des charges de fonctionnement, donc d’investir. Or nous investissons pour les générations futures. »

Devant un parterre de chefs d’entreprises du BTP, le président du département a rappelé que la moitié des marchés publics du plan collèges ont été attribués à des entreprises girondines, pour une valeur de 121 millions d’euros de l’activité. Ils représentent 5000 emplois locaux et 200000 heures d’insertion.  

L'AUTEUR
Simon Barthélémy
Simon Barthélémy
Journaliste, rédacteur en chef de Rue89 Bordeaux

En BREF

Coronavirus : inquiétude et dépistage aux Chartrons et au Grand Parc à Bordeaux

par Walid Salem. 34 532 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Les élus évoquent des « craintes » pour Getrag Ford Transmissions à Blanquefort

par Walid Salem. 739 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Des affiches anti-Ceta sur les bureaux des députés Marcheurs à Bordeaux

par Théo Uhart. 645 visites. 2 commentaires.