Enquêtes et informations de proximité
Enquêtes et informations de proximité
Lise Saladin de La Manufacture : « Après la crise, l’imaginaire des artistes nous fera du bien »
Culture 

Lise Saladin de La Manufacture : « Après la crise, l’imaginaire des artistes nous fera du bien »

par Walid Salem.
Publié le 25 septembre 2021.
Imprimé le 17 octobre 2021 à 15:49
334 visites. 1 commentaire.

Les saisons culturelles repartent comme si de rien n’était, après une crise qui a marqué les esprits et pesé lourd sur le secteur culturel. Durant toute cette semaine, une rubrique quotidienne « Un jour / Une saison » présente un programme culturel à venir, et interroge leurs directrices et directeurs sur cette relance. Ce samedi, trois questions à Lise Saladin, Directrice déléguée à La Manufacture CDCN Bordeaux Nouvelle-Aquitaine.

Quelles ont été les difficultés pour relancer une nouvelle saison après la crise sanitaire ?

Je dois dire que nous ne nous sommes jamais arrêtés pendant la crise. Nous avions gardé une activité permanente mais sans le public. Nous avions mené des ateliers et des masterclass adaptés aux conditions sanitaires. On a continué à travailler dans tous les interstices possibles, et même dans lesquelles on n’était jamais allé naturellement.

Il faut dire aussi que nous étions très soutenus par l’Etat et les plans de relance. Il y a eu des apports financiers pour des résidences – compagnie La Tierce, compagnie Hors série… – sur lesquelles on ne se serait pas positionné. Ou un compagnonnage itinérant – compagnie adéquate, Mathilde Bonicel… – pour soutenir des artistes sur une saison ou plus, en lien avec d’autres lieux : La Motte Aubert à Saint-Saturnin-du-Bois, La Mégisserie à Saint-Junien, Espaces Pluriels à Pau… La crise nous a permis de réfléchir sur des actions au plus près des artistes et des structures à travers une coopération plus fine.

Cette nouvelle saison a été très compliquée. D’abord, elle a été montée et démontée et remontée à plusieurs reprises. Les artistes sont maintenant très sollicités et il va falloir qu’on pallie des ateliers que certains ne pourront pas mener. Notre mission est la diffusion, et l’enjeu ne se situe pas que sur l’accueil du public. On s’attache bien sûr à lui proposer qualitativement de la danse, mais la question est surtout de parler danse, de penser danse et participer au déploiement de la discipline. On se doit de se déplacer et de sortir de notre lieu.

Quelles sont les précautions prises en cas d’une nouvelle crise ?

Comme tout le monde, on a jeté beaucoup de brochures l’année dernière. Cette année, on en a édité trois fois moins pour éviter qu’elles ne deviennent caduques en cas de nouvelles consignes. L’actuelle brochure privilégie l’image en mettant le moins d’informations possible. On ne parle que de l’œuvre.

On a également choisi de fonctionner par feuillet pour des informations précises. La brochure parle d’intention artistique et, chaque trimestre, on publie le calendrier de nos manifestations et les initiatives qui les concernent.

Quant aux artistes, ils ont fait preuve d’une telle agilité l’année dernière qu’on sait qu’ils auront la capacité de s’adapter si nécessaire. Nous sommes des primo-coproducteurs, ce qui fait que si on freine les productions, on est vecteur de transformations. C’est une position qui n’est pas simple pour nous. Et s’il faut des adaptations, ce ne sera pas possible avec tous les spectacles. On fera du gré à gré.

Y a-t-il du « monde d’après » dans cette saison 2021-2022 ?

On considère que les artistes ont une certaine longueur d’avance sur le monde. Ils ont, en règle générale, une vision singulière de ce qui se passe. On a croulé sous des interprétations politiques et scientifiques pendant la pandémie, et si les artistes en parlent autrement, ça viendra nous percuter. Leur imaginaire ne peut que nous faire du bien.

La Manufacture Atlantique (DR)

Alors on danse !

Lieu toujours dédié à la recherche et l’expérimentation autour de la danse, La Manufacture CDCN Bordeaux Nouvelle-Aquitaine propose pour sa nouvelle saison une série de représentations, mais également des masterclass en lien avec des spectacles (Meytal Blanaru, Noé Soulier, Michel Schweizer, Mathilde Monnier…).

Pour cette saison 2021-2022, le retour de Christos Papadopoulos est attendu avec « Larsen C ». Ce chorégraphe grec avait surpris le public bordelais en 2018, et français, avec « Opus », où quatre danseurs hypnotiques évoluent sur une musique de Bach. A noter également la reprogrammation de « Please, please, please », spectacle à voir avec trois grands noms de la scène contemporaine : La Ribot, Mathilde Monnier et Tiago Rodrigues. Egalement création de 2019, « Ida don’t cry me love » de la danseuse et chorégraphe Lara Barsacq, se révèle un manifeste féministe en hommage à Ida Rubinstein, danseuse des Ballets Russes.

Le Bordelais Michel Schweizer, avec La Coma, présente « Bôpeupl (nouvelles du parc humain) », une analyse acerbe des relations humaines à travers la pensée du philosophe Dominique Quessada. Et un autre Bordelais, Yacine Sif el Islam, présente « Sola Gratia », une lutte gracieuse contre toutes les intolérances et les violences, partant d’événements autobiographiques.

L’on retrouve également des propositions de La Manufacture CDCN notamment dans d’autres lieux à La Rochelle, Pessac, Floirac, Bruges, Blanquefort, Ambarès, Le Haillan, Saint-Maixant, ou Lormont.

Toute la programmation de la saison 2021-2022 sur ce lien

L'AUTEUR
Walid Salem
Walid Salem
Une idée lui traverse l'esprit en 2013 et voilà que vous y êtes. Il espère faire de vous un fidèle abonné (le lien est dessous).

En BREF

Une multinationale subventionnée par la Région Nouvelle-Aquitaine dans le viseur des « Pandora Papers »

par Simon Barthélémy. 1 297 visites. 1 commentaire.

Bordeaux Ensemble demande des éclaircissements sur un conflit d’intérêts concernant une élue de la majorité

par Victoria Berthet. 1 094 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Bordeaux, capitale mondiale par intérim de l’économie sociale et solidaire

par La Rédaction. 641 visites. Aucun commentaire pour l'instant.
×