Enquêtes et informations de proximité
Enquêtes et informations de proximité
L’implantation du méga centre de rétention administrative confirmée sur le Bioparc à Mérignac
Politique 

L’implantation du méga centre de rétention administrative confirmée sur le Bioparc à Mérignac

par La Rédaction.
Publié le 14 novembre 2022.
Imprimé le 05 décembre 2022 à 03:11
1 355 visites. 2 commentaires.

Pour implanter le plus grand centre de rétention administrative de France, le ministre de l’Intérieur a choisi le site du Bioparc, aux abords de l’aéroport de Mérignac, plutôt que celui de Pessac. Et ce malgré le risque de contentieux environnemental.

L’arbitrage du dossier revenait au ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, et ce dernier a tranché à la suite d’une réunion des parlementaires et élus locaux, ce lundi 14 novembre : le futur centre de rétention administrative (CRA) le plus grand de France (140 places) verra le jour à Mérignac, sur le site du Bioparc.

« Il permettra d’augmenter de 70 à 210 places les capacités de rétention dans la région Nouvelle-Aquitaine, rappelle le ministère dans un communiqué. Il offrira ainsi des moyens nouveaux pour lutter contre l’immigration irrégulière et renforcer nos capacités d’éloignement, tout en allégeant les missions d’escorte pour les policiers et les gendarmes, en cohérence avec l’objectif de renforcement de leur présence sur la voie publique. »

Il faudra néanmoins un contingent de surveillants beaucoup plus important qu’actuellement, le CRA le plus petit de France étant situé au sous-sol du commissariat de Bordeaux. Mais cette prison pour étrangers sans-papiers et leurs familles (elles pourront être enfermés à Mérignac quand le centre de Mériadeck est réservé aux hommes seuls), n’est pas encore sortie de terre, pointe dans un communiqué le député (Renaissance) Eric Poulliat.

« Question environnementale majeure »

Ce dernier, qui se dit « convaincu de la nécessité de construire un nouveau CRA », fait part de « ses plus grandes craintes sur la réalisation effective de ce centre », en raison du « potentiel contentieux environnemental qui remettrait en cause [sa] construction ».

« La question environnementale est majeure dans notre société, estime le député de Mérignac. L’implantation d’équipements publics ne peut pas s’y soustraire. »

Dans une pétition signée par 1145 personnes, le collectif Noncrabioparc rappelle que la construction du CRA nécessitera la déforestation de deux hectares. Il devrait, tout comme la Cimade opposée sur le fond au projet, intenter un recours en justice, avec quelques arguments dans leur manche.

Le Conseil national de protection de la nature avant émis un avis négatif sur l’aménagement de cette zone, identifiée comme « l’une des dernières grandes pénétrantes vertes de l’ouest de l’agglomération », c’est à dire un important corridor écologique pour la biodiversité.

« Le collectif NonCRABioparc invite toutes organisations, associations ou citoyens à se joindre à lui pour réaliser tous les recours administratifs possible qui seront nécessaires pour mettre en échec ce projet », a réagi ce collectif sur son groupe Facebook .

150% de places en plus

C’est en revanche le soulagement du côté des riverains de l’autre site pressenti à Pessac, à la sortie 13 de la rocade, soutenus (sur le tard) par le maire de la commune, Franck Raynal, et son opposition. Il avait obtenu l’été dernier un échange de cette parcelle appartenant à l’État, avec celle du Bioparc, que détenait Bordeaux Métropole.

Le gouvernement a donc choisi de ne pas s’opposer à la volonté des élus locaux, à commencer par Alain Anziani, président de la métropole et maire d’une commune, Mérignac, prêt à accueillir sur son sol ce méga centre de rétention.

Dans son communiqué, le ministère de l’intérieur rappelle qu’il s’inscrit dans le plan national de construction de 3000 places de CRA (contre 1859 actuellement) à l’horizon 2027 une fois votée la loi d’orientation et de programmation sur la sécurité, qui arrive à l’Assemblée nationale.

L'AUTEUR
La Rédaction
La Rédaction
Des infos d'ici de là

En BREF

Une nouvelle brigade de police dédiée aux transports en commun va patrouiller à Bordeaux

par La Rédaction. 437 visites. 2 commentaires.

Ïkos et la Fabrique Pola vont recevoir une aide de 100 000 euros de l’Etat

par Alice Gapail. 609 visites. 1 commentaire.

La Nouvelle-Aquitaine « première région pour la participation électorale » selon l’INSEE

par Alice Gapail. Aucun commentaire pour l'instant.
×