Enquêtes et informations de proximité
Enquêtes et informations de proximité
Le Train, concurrent néo-aquitain de la SNCF, devrait faire rouler ses TGV début 2024
Economie 

Le Train, concurrent néo-aquitain de la SNCF, devrait faire rouler ses TGV début 2024

par Alice Gapail.
Publié le 23 janvier 2023.
Imprimé le 05 février 2023 à 08:33
2 734 visites. 4 commentaires.

Le Train, premier opérateur privé français à proposer un service grande vitesse, vient d’obtenir sa licence d’entreprise ferroviaire, et a choisi l’entreprise espagnole Talgo pour la conception et la maintenance de ses rames. Le lancement commercial du Train est espéré en 2024 sur cinq lignes dans le Grand Ouest, dont Bordeaux-Nantes et Bordeaux-Rennes.

Implanté à Bordeaux et Angoulême, Le Train annonce ce lundi 23 janvier la conclusion d’un accord avec l’entreprise espagnole Talgo pour la fabrication et la maintenance de son matériel roulant neuf.

Plusieurs dizaines de rames seront confectionnées à partir du premier semestre 2023. Les premières sortiraient des ateliers au début de l’année 2025. Elles pourront transporter 350 voyageurs et disposeront d’une quarantaine de places pour les vélos et les planches de surf.

Une antenne de recherche en Nouvelle-Aquitaine

Environ 300 millions d’euros seront investis dans l’acquisition de ces trains de modèle Avril. Ils seront construits cette année à Rivabellosa « au cœur du Pays-Basque espagnol, berceau industriel du fabricant situé à 300km de Bordeaux », précise le communiqué des deux entreprises.

« Nous avons retenu Talgo, constructeur européen de référence, qui dispose d’une technologie industrielle de pointe et de la solidité industrielle indispensable pour garantir l’excellence du matériel produit et le respect du calendrier », se félicite Alain Getraud, directeur général de Le Train.

Les rames conçues par Talgo circuleront en 2025 dans le Grand Ouest (DR)

En plus de l’acquisition des rames et de la maintenance du matériel en France, l’accord entre les deux entreprises porte également sur la création d’une antenne de recherche et développement commune en Nouvelle-Aquitaine. Le but : “Élaborer ensemble des trains du futur, plus performants”.

Un lancement en 2024

Alors que le transport de passagers est ouvert depuis peu à la concurrence en France, le Train a obtenu sa licence d’entreprise ferroviaire le 24 décembre dernier, un permis délivré par l’État indispensable pour faire circuler des rames. L’entreprise s’affirme ainsi comme « le premier opérateur privé français à proposer un service grande vitesse pour les déplacements régionaux et interrégionaux ».

En attendant la livraison de rames neuves, l’entreprise bordelaise espère obtenir du matériel d’occasion auprès de différents opérateurs européens, afin de pouvoir démarrer son activité. Celle-ci doit en effet démarrer début 2024 par notamment la mise en service des lignes Bordeaux – Nantes / Bordeaux-Rennes / Bordeaux-Angoulême avec des prolongements jusqu’à Arcachon.

En tout, le futur concurrent de la SNCF prévoit l’exploitation de 5 lignes à grande vitesse dans le Grand-Ouest, et la desserte de 11 destinations, dont Tours, La Rochelle, Poitiers, Angers, soit 50 trains quotidiens et 3 millions de passagers par an. L’entreprise « prévoit l’embauche de plus de 150 collaborateurs d’ici sa mise en service pour assurer son exploitation (conducteurs, personnel naviguant, etc.) ».

L'AUTEUR
Alice Gapail
Alice Gapail
En formation à Marseille et en alternance à Bordeaux. Passionnée par les sujets sur l'éducation, la culture, l'écologie et la santé.

En BREF

« Il faudra nous passer dessus », prévient un front d’élus anti-LGV réunis à Bordeaux

par Simon Barthélémy. 718 visites. 3 commentaires.

Bègles se propose pour expérimenter la légalisation du cannabis en France

par La Rédaction. 1 151 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Le musée de la Création Franche à Bègles, fermé pour rénovation, devient « Musée de France »  

par La Rédaction. 358 visites. Aucun commentaire pour l'instant.
×