Enquêtes et actualités gavé locales

Fêtons ensemble nos 10 ans, abonnement 10€/an : objectif 2000 abonné⋅es

30/04/2024 date de fin
669 abonné⋅es sur 2 000
Pour ses 10 ans, Rue89 Bordeaux propose un abonnement à 10€/an et vise les 2000 abonné.es

Les chasses traditionnelles ont un peu plus de plomb dans l’aile en Gironde

Le tribunal administratif de Bordeaux a suspendu les arrêtés préfectoraux autorisant à titre « expérimental » la chasse d’alouette des champs à l’aide de pantes et de matoles en Gironde et dans le Lot-et-Garonne.

Cet article est en accès libre. Pour soutenir Rue89Bordeaux, abonnez-vous.

Les chasses traditionnelles ont un peu plus de plomb dans l’aile en Gironde
Une alouette des champs

« C’est une immense victoire pour les 3000 alouettes des champs (respectivement 2000 en Gironde et 1000 dans le Lot-et-Garonne), les 500 vanneaux huppés et 15 pluviers dorés des Ardennes qui ne seront pas piégés dans les filets et les cages des chasseurs ! », a réagi ce vendredi soir l’association One Voice.

Saisis en référés par cette association, ainsi que par la LPO (ligue de protection des oiseaux) dans les Ardennes, les tribunaux administratifs de Bordeaux et de Châlons-en-Champagne ont suspendu des arrêtés préfectoraux autorisant ces captures par des modes de chasses traditionnelles – les pantes (filets horizontaux) ou les matoles (cages tombantes) dans les départements de la Gironde et du Lot-et-Garonne.

Liste rouge

Officiellement, le gouvernement entendait mener ainsi des recherches pour documenter le « caractère sélectif » de ces pratiques, c’est à dire qu’elles n’occasionnent pas de prises occasionnelles d’oiseaux non chassables. Ce afin de confirmer – ou d’infirmer – un précédent jugement du Conseil d’Etat interdisant ces chasses traditionnelles.

« La question de la bonne conservation des espèces est hors de propos car cette expérimentation n’aura aucun impact, les oiseaux étant immédiatement relâchés », a argué Hélène Farge, avocate de la Fédération des chasseurs de Gironde, devant le tribunal bordelais.

La représentante de la préfecture du Lot-et-Garonne a quant à elle prétendu que l’alouette des champs n’était pas sur la liste rouge de l’UICN (union internationale de conservation de la nature) des espèces menacées. Faux, a rétorqué Nicolas Yahyauni, juriste de One Voice : cet oiseau migrateur figure bien dans cette liste, même si c’est en tant qu’espèce « pour lequel le risque de disparition est faible », et sa population « a diminué de 20% en 15 ans ».

« Lobbies cynégétiques »

« Apporter des informations serait louable si ce n’était pas au prix de l’illégalité », a plaidé ce dernier. Autoriser ce mode de capture « cruel » contreviendrait en effet selon lui à la directive européenne oiseau comme à la jurisprudence française. Même sous couvert de recherche, puisque le fait que celle-ci soit confiée aux fédérations de chasseurs mettrait en cause son impartialité, selon One Voice.

La juge du tribunal administratif de Bordeaux a entendu ces arguments, et décidé de suspendre en urgence les autorisations de chasse en Gironde et dans le Lot-et-Garonne, en attendant le jugement sur le fond .

« L’obstination du gouvernement à vouloir perpétuer des pratiques rétrogrades sous la pression des lobbies cynégétiques n’est pas digne d’un pays qui se veut leader en matière de reconquête de la biodiversité. Navrant que la science et le droit soient contraints de le lui rappeler », a réagi Allain Bougrain Dubourg, président de la LPO.


#biodiversité

Activez les notifications pour être alerté des nouveaux articles publiés en lien avec ce sujet.

Voir tous les articles

À lire ensuite


Ces éleveurs veulent se préparer au retour du loup en Gironde
Partager
Plus d'options