Enquêtes et actualités gavé locales

Fêtons ensemble nos 10 ans, abonnement 10€/an : objectif 2000 abonné⋅es

30/04/2024 date de fin
663 abonné⋅es sur 2 000
Pour ses 10 ans, Rue89 Bordeaux propose un abonnement à 10€/an et vise les 2000 abonné.es

Moins d’une femme sur deux participe au dépistage du cancer du sein en Gironde

Le taux de participation au dépistage du cancer du sein sur l’année 2022 en Nouvelle-Aquitaine et en Gironde est en baisse par rapport à 2021. À l’occasion du lancement d’Octobre rose, professionnels de santé et élus insistent sur la nécessité de la prévention, notamment dans le milieu rural.

Cet article est en accès libre. Pour soutenir Rue89Bordeaux, abonnez-vous.

Moins d’une femme sur deux participe au dépistage du cancer du sein en Gironde

En Gironde, 44% des femmes ont participé à la campagne de dépistage du cancer du sein en 2022. C’est peu au regard de l’objectif européen fixé à 75%. Ce mardi, les professionnels de santé ont rappelé l’importance de la prévention à l’occasion du lancement d’Octobre rose, qui s’est tenu à l’Opéra de Bordeaux, en présence de la marraine de l’édition 2023, l’étoile Mathilde Froustey.

Cancer le plus fréquent chez la femme en France (59 000 nouveaux cas chaque année), détecté tôt, il se guérit dans 9 cas sur 10.

Dépistage gratuit

« En Gironde moins d’une femme sur deux fait ce dépistage » a résumé Bénédicte Motte, directrice départementale de la Gironde de l’ARS Nouvelle-Aquitaine :

« Beaucoup de femmes se tournent vers leurs professionnels de santé, de façon individuelle. Il est important de rappeler l’apport de la seconde lecture, dans le cadre d’une campagne de dépistage organisée. Avec une mammographie vu par un deuxième radiologue, on arrive à détecter plus de cancers. Par an, 100 cancers sont détectés par cette seconde lecture. »

La campagne de dépistage organisée permet aux femmes de 50 à 74 ans de bénéficier gratuitement, tous les deux ans, d’une mammographie de dépistage. Cette dernière comprend un examen clinique réalisé par un médecin radiologue et deux clichés par sein, plus un cliché complémentaire si nécessaire, ainsi qu’une seconde lecture systématique en cas d’examen normal. Sans avance de frais, l’examen est pris en charge dans le cadre du tiers payant.

Prévenir et sensibiliser

Claude Chaussée, directrice adjointe de Mutualité sociale agricole (MSA) en Gironde, a insisté sur les démarches de prévention dans les zones rurales du département. Un dépistage nécessaire, auprès d’une « population salariée agricole », souvent éloignée du système de soins.

En 2020, en collaboration avec la CPAM, la MSA choisit de se mobiliser dans le Médoc. Cette opération a consisté à contacter les femmes de 50 à 74 ans non répondantes depuis deux ans et résidant dans les cantons de Castelnau-de-Médoc, Lesparre-Médoc, Pauillac, Saint-Laurent-du-Médoc et Saint-Vivien-de-Médoc. Cette année, la CPAM reconduit cette opération dans l’ouest du département et dans les quartiers prioritaires de Bordeaux.

Le monde de la culture participe, lui aussi, à la prévention. Le CHU de Bordeaux lance Tour de poitrine(s), soutenu financièrement par la fondation Indigo. Un événement qui propose, chaque week-end du mois d’octobre, de découvrir le matrimoine artistique bordelais à travers la représentation de la femme et des corps. Des visites guidées sont organisées au Musée d’Aquitaine et au Musée des Beaux-arts. Des stands de sensibilisation et des ateliers d’autopalpation sont proposés en parallèle de chaque visite.


#Santé

Activez les notifications pour être alerté des nouveaux articles publiés en lien avec ce sujet.

Voir tous les articles
Partager
Plus d'options