Enquêtes et actualités gavé locales

Fêtons ensemble nos 10 ans, abonnement 10€/an : objectif 2000 abonné⋅es

30/04/2024 date de fin
663 abonné⋅es sur 2 000
Pour ses 10 ans, Rue89 Bordeaux propose un abonnement à 10€/an et vise les 2000 abonné.es

« Atmosphériques », le poétique recueil de textes courts de Roseline Giusti

Une cinquantaine de textes courts sont réunis dans ce recueil publié en août 2023. Roseline Giusti est historienne du design ayant enseigné à l’université de Bordeaux 3 de 1991 à 2009.

,

Cet article est en accès libre. Pour soutenir Rue89Bordeaux, abonnez-vous.

« Atmosphériques », le poétique recueil de textes courts de Roseline Giusti
Illustration de la couverture

Professeur de design à la retraite, Roseline Giusti signe « Atmosphériques », un recueil de textes publié par les éditions Phaéton (qui éditent, par ailleurs, l’excellente revue du même nom). Une cinquantaine de textes courts sur le temps qui passe, sur le temps qu’il fait, illustrés de photos.

Ce ne sont pas vraiment des poèmes en prose, au sens baudelairien du terme, puisque certains textes revendiquent une métrique, un rythme qui sont proches d’une poésie presque classique.

Précision du regard

De la pluie au brouillard, de la canicule à la neige, les paysages changent et change notre humeur au gré de ces variations atmosphériques. Roseline Giusti sait trouver les mots pour évoquer la violence du vent qui ravage arbres et toits :

« A ces sévices s’adjoignaient des hurlements rageurs. Têtes et cœurs au bord de l’éclatement forçaient l’esprit au calme. Supplique vaine. Las de lutter, il avait capitulé, tétanisé par ce déchaînement impérieux,vacarme d’outre-tombe. »

Et la chute, inattendue, teintée d’humour :

« Puis tout avait cessé, laissant les êtres, encore chancelants, ré-habiter leur corps. Reprendre souffle. »

Nul effet romantique, nulle envolée lyrique mais une précision du regard qui fait partager au lecteur l’émotion ressentie par Roseline Giusti. Y contribue une richesse d’adjectifs qui joue sur toute une gamme de connotations, du familier au recherché.

Formes courtes

Ce monde est habité, des silhouettes passent d’hommes et de bêtes, en quelques traits dessinées et je les reconnais au point de deviner quelle vallée pyrénéenne leur sert d’écran. J’aime l’évocation du « vieil oncle (qui) portait complet veston et melon qu’un fil élastique reliait à la boutonnière de son pardessus » ;  la mode actuelle des crânes rasés protégés par des casquettes et des bonnets frustre les vents de « leur jeu compulsif de découvre-chef ». J’aime ces vaches dont « la couleur solaire de leur pelage flambait la neige immaculée ».

Ce monde est menacé, la violence des orages, la sécheresse des sols, les incendies qui assombrissent l’horizon, sont les signes précurseurs des bouleversements à venir.

Il faut bien du talent pour faire tenir dans des formes courtes tant de notations poétiques. Roseline Giusti n’en manque pas.


#Livre

Activez les notifications pour être alerté des nouveaux articles publiés en lien avec ce sujet.

Voir tous les articles

Autres mots-clés :

Partager
Plus d'options