Enquêtes et actualités gavé locales

Fêtons ensemble nos 10 ans, abonnement 10€/an : objectif 2000 abonné⋅es

30/04/2024 date de fin
659 abonné⋅es sur 2 000
Pour ses 10 ans, Rue89 Bordeaux propose un abonnement à 10€/an et vise les 2000 abonné.es

La tarification solidaire des cantines expérimentée dans 64 lycées de Nouvelle-Aquitaine

La Région Nouvelle-Aquitaine va expérimenter la tarification solidaire dans tous les lycées de quatre départements, plus un lycée de la Gironde.

Cet article est en accès libre. Pour soutenir Rue89Bordeaux, abonnez-vous.

La tarification solidaire des cantines expérimentée dans 64 lycées de Nouvelle-Aquitaine

Les familles des élèves de 64 établissements situés en Creuse, dans le Lot-et-Garonne, les Deux-Sèvres et en Charente, plus le lycée Gustave-Eiffel à Bordeaux, paieront désormais la cantine en fonction de leurs revenus, a annoncé ce lundi 12 février la Région Nouvelle-Aquitaine.

En charge des lycées, celle-ci va mettre en place à partir de septembre 2024 une grille de 10 tarifs, allant de 2,30€ à 5€50 le repas, sur un coût réel moyen de 9,50€, pris donc en charge jusqu’à 75% par la collectivité.

« Pour les 4, voire les 5 premières tranches, le prix sera compensé totalement par les bourses, le repas ne coûtera rien à la famille, a indiqué Jean-Louis Nembrini, vice-président en charge de l’éducation. Plus le revenu fiscal est important, plus la contribution est importante. »

Objectifs : 60% de produits locaux, 40% de bio

Le coût global est de 7 millions d’euros, répartis équitablement entre la Région et les familles. La tarification solidaire était testée depuis 2022, et sous un format de 5 tranches, dans 4 établissements volontaires de Creuse, 3 de Charente, plus les lycées Lot et Bastides à Villeneuve-sur-Lot (Lot-et-Garonne) et Gustave-Eiffel à Bordeaux. Désormais étendue, l’expérimentation pourrait être généralisée en 2025 à toute la région si elle est concluante.

Par ailleurs, le conseil régional a décidé d’augmenter de 2,65€ à 2,85€ par repas la part dévolue aux gestionnaires de lycées, pour financer l’approvisionnement en denrées d’origine locale et biologique. Il s’agit d’atteindre les objectifs de la feuille de route Néo Terra : 60% de produits issus de circuits courts d’ici 2025, et 30% de bio, quand ces parts étaient en 2023 respectivement de 40% et 22 %. Mais aussi « de prendre en compte les problématiques de nos agriculteurs » en leur assurant des débouchés, ajoute Jean-Louis Nembrini.

180000 lycéens mangent chaque année 2 millions de repas. Près de 900 agents régionaux sont mobilisés pour préparer et servir quotidiennement.


#lycées

Activez les notifications pour être alerté des nouveaux articles publiés en lien avec ce sujet.

Voir tous les articles
Partager
Plus d'options