Enquêtes et actualités gavé locales

Pour les 10 ans de votre média : objectif 2000 abonné⋅es

30/04/2024 date de fin
729 abonné⋅es sur 2 000
Pour ses 10 ans, Rue89 Bordeaux propose un abonnement à 10€/an et vise les 2000 abonné.es

La toiture du Hall 2 de la gare de Bordeaux fait peau neuve

Depuis novembre 2023, SNCF Gares & Connexions restaure la toiture du hall 2. Réalisé pour un montant de 850 000 euros, le chantier doit prendre fin dans un mois.

Cet article est en accès libre. Pour soutenir Rue89Bordeaux, abonnez-vous.

La toiture du Hall 2 de la gare de Bordeaux fait peau neuve
La couverture en ardoise est entièrement restaurée

L’imposant échafaudage de 22 mètres de haut n’entrave pas les allers et venues des voyageurs de la gare Saint-Jean. Depuis novembre 2023, la toiture du pavillon du Hall 2 est en chantier mais la circulation aux abords est maintenue. Des travaux commandités par SNCF Gares & Connexions qui finance entièrement l’opération pour un montant de 850 000 euros.

Les travaux sur l’édifice, classé Monument historique depuis 1984, sont réalisés par l’entreprise l’Union Technique du Bâtiment (UTP) qui dispose d’une antenne à Bègles. Elle a notamment travaillé sur la couverture du château de Chambord et de la cathédrale Notre-Dame-de-Paris.

La dernière rénovation d’ampleur de toiture est celle de la verrière du Hall 1, qui s’est déroulée de 2014 à 2017, juste avant la mise en service de la LGV Bordeaux-Paris. Un chantier qui aura coûté 52 millions d’euros.

Visite de chantier sur la toiture du Hall 2 de la gare Photo : VB/Rue89 Bordeaux

11 500 ardoises

« Pour maintenir ce patrimoine, nous avons notamment travaillé avec la Direction régionale des Affaires culturelles », décrit Florent Kunc, directeur régional de SNCF Gares & Connexions.

La pierre bordelaise est restaurée, tandis que les ardoises en écaille de poisson, au nombre de 11 500, sont remplacées par des ardoises venues d’Espagne. Sur les 400 m² de toiture, six compagnons s’attellent à restaurer la couverture en dôme, à l’identique de celle imaginée par l’architecte Marius Toudoire en 1893.

L’ensemble de la toiture est supportée par une charpente métallique. Après la rénovation du terrasson (partie supérieure la moins pentue du toit), il reste à réparer les ouvrages en pierre abîmés et renouveler les chénaux. Une restauration, à l’identique, des décors en zinc naturel est aussi à l’ordre du jour pour une fin de chantier programmée au mois de mai.


#Patrimoine

Activez les notifications pour être alerté des nouveaux articles publiés en lien avec ce sujet.

Voir tous les articles
Plus d'options