Enquêtes et actualités gavé locales

Pour les 10 ans de votre média : objectif 2000 abonné⋅es

30/04/2024 date de fin
729 abonné⋅es sur 2 000
Pour ses 10 ans, Rue89 Bordeaux propose un abonnement à 10€/an et vise les 2000 abonné.es

Santé mentale : « 41% des étudiants souffrent de symptômes dépressifs »

La santé mentale des jeunes de 18 à 24 ans s’est aggravée depuis le confinement, selon une étude de l’université de Bordeaux, avec une augmentation du nombre d’étudiants bordelais se déclarant déprimés ou pensant au suicide. Entretien avec Christophe Tzourio, professeur d’épidémiologie et praticien hospitalier rattaché au CHU, qui a piloté les recherches.

,
Édition abonnés
Santé mentale : « 41% des étudiants souffrent de symptômes dépressifs »
Le baromètre de Santé Publique France confirme que les 18-24 ans sont au-dessus du reste de la population en termes de dépression et de stress

Rue89 Bordeaux : Pourquoi vous êtes-vous penché sur la question de la santé mentale des étudiants ?
Christophe Tzourio : Depuis 12 ans nous faisons des études populationnelles sur la santé des étudiants, qui abordent bien sûr la question de la santé mentale car ça fait partie des questions de santé prioritaires chez les jeunes adultes.
Dans le cadre du programme i-Share [dispositif permanent d’études sur la santé mentale des étudiants lancé en 2013, NDLR], nous avons recruté 21000 étudiants bordelais. Ensuite nous avons fait une étude au moment des confinements et enfin, à la rentrée universitaire 2022, une nouvelle étude, Prisme, dans une phase de retour à la normale après la pandémie.
Christophe Tzourio (DR)
L’existence de ce dispositif permanent dans le temps a donc permis de comparer la santé mentale avant et après l’épidémie, entre une cohorte de 1800 étudiants bordelais recrutés entre septembre 2022 et février 2023 à une autre de plus de 4000 étudiants qu’on avait interrogés avant le covid. L’étude est en cours de révision dans une revue internationale et ses détails sont en accès libre sur le site MedRXiv.
L’hypothèse que nous souhaitions tester est qu’avec la fin de la pandémie, les étudiants étaient revenus à un état « normal » de santé mentale. Eh bien, pas du tout…

En 2013, pratiquement un quart des étudiants avait des symptômes dépressifs modérés ou sévères, on est passés à 41% !

Dans quelles proportions ?
En 2013, pratiquement un quart des étudiants avait des symptômes dépressifs modérés ou sévères, ce qui était déjà énorme, et on est passés à 41% ! Ces symptômes s’évaluent à partir d’une échelle internationale appelée PHQ9 qui comprend neuf questions sur comment la personne s’est sentie dans les 15 derniers jours.

Cet article fait partie de l’édition abonnés. | Déjà abonné ? Connectez-vous

Abonnez-vous maintenant pour poursuivre votre lecture

Abonnez-vous
Abonnez-vous maintenant pour suivre l’actualité locale.

Déjà abonné ?

Connectez-vous

L’investigation locale à portée de main.

Abonnez-vous et profitez d’un accès illimité à Rue89Bordeaux. Annulez quand vous voulez.

Déjà abonné ? Connectez-vous

Choisissez votre formule :

#santé mentale

Activez les notifications pour être alerté des nouveaux articles publiés en lien avec ce sujet.

Voir tous les articles
Partager
Plus d'options