Politique  Société 

Blessé par le tir de flashball d’un policier, un photojournaliste bordelais témoigne

actualisé le 27/04/2017 à 18h38 : Avec réaction du préfet de Gironde

Ugo Amez a été blessé par un tir de flashball de la police, dimanche soir, lors de la manifestation sauvage ayant suivi les résultats du premier tour de la présidentielle. Ce photojournaliste a écopé de 3 jours d’arrêt de travail, et s’inquiète d’un possible changement de méthode dans la gestion des manifs.

Dimanche soir, aux alentours de 23 heures, la manifestation contre la « mascarade électorale » se retrouve bloquée par un cordon de CRS au bout de la rue Paul Louis Lande, à l’entrée du Cour Pasteur. Plusieurs journalistes sont présents, dont Rue89 Bordeaux, en train de discuter avec des manifestants à l’arrière, et seul devant, à mi-distance entre la tête du cortège et les forces de l’ordre, Ugo Amez.

Ce photographe au Courrier de la Gironde, et à l’agence Sipa, est favorablement connu des services de police comme des militants et des confrères. Pourtant, alors que, son appareil autour du cou, il s’avance à 5 mètres environ des policiers, il ressent une douleur violente au ventre.

« J’ai senti l’impact pendant que je marchais, je n’ai pas vu le gars tirer. Je ne suis pas tombé mais ça m’a bien stoppé, et quand j’ai levé la tête j’ai vu les CRS avec des flashballs. Je me suis mis sur le côté, je leur ai montré ma carte de presse, et j’ai demandé à voir le commissaire, qui n’a pas voulu faire de commentaire. »

La blessure au ventre d’Ugo Amez (DR)

Pendant ce temps, les tirs de la police déclenchent la panique des manifestants, qui refluent en courant, s’échappant dans les petites rues. Pour Ugo, la blessure n’est d’abord « pas si terrible », mais la douleur le rattrape dans le nuit. Le lendemain son médecin constate l’hématome et lui prescrit 3 jours d’interruption temporaires de travail

« Aujourd’hui ça va mieux. J’ai beaucoup souffert lundi, je ne pouvais plus faire un geste sans grimacer. Mais surtout, j’ai beaucoup gambergé. Je venais quand même de me faire tirer dessus alors que je m’y attendais pas du tout. »

Escalade

Selon Ugo, aucun doute possible : il a été pris pour cible.

« Si c’était une balle perdue, le policier visait extrêmement mal car je n’étais pas dans la manif, mais à une dizaine de mètres devant, et face aux flics. A aucun moment ils n’ont prévenu qu’ils me mettaient en joue. Si l’impact m’a touché au flanc gauche, il aurait pu casser mon appareil photo, ou pire. J’espère juste que c’est la bêtise d’un homme et pas une espèce d’escalade dans les méthodes de gestion des manifs. C’est la seule chose qui m’inquiète. »

Une inquiétude partagée par d’autres photojournalistes, alors que les manifestations devraient se multiplier au moins jusqu’au deuxième tour de l’élection. Après avoir couvert le mouvement social contre la loi travail, Ugo Amez estime que celle de dimanche soir était « particulièrement tendue » – sans doute aussi par le contexte de la mort d’un policier après l’attentat des Champs-Élysées la semaine dernière.

« Je ne les ai jamais vu tirer comme ça sans sommation. Pourtant, il ne se passait rien, c’était juste des gamins qui courraient partout, ce tir ne se justifiait à aucun moment, encore moins sur la presse. Même si j’avais été un manifestant, il n’y avait pas de raison de tirer. Il ne faudrait pas que cela devienne une habitude, alors qu’on a toujours travaillé en bonne intelligence avec les manifestants et avec la police. »

Ugo Amez (DR)

« Informer n’est pas un délit »

Dans le cadre d’opérations de maintien de l’ordre, les lanceurs de balles de défense (LBD) peuvent être employés sans sommation par les policiers lors d’un attroupement, en cas de violences contre les forces de l’ordre où si celles-ci ne peuvent « défendre autrement le terrain qu’elles occupent ». Si les risques de lésions sont importants en deçà de 7 mètres de distance, la seule règle est de ne pas viser la tête.

La rédaction du Courrier de la Gironde a alerté la préfecture, tout comme Rue89 Bordeaux. Le préfet Pierre Dartout nous déclare ce jeudi « regrette vivement qu’Ugo Amez ait été blessé », assurant que ce n’était « en aucun cas le journaliste qui était ciblé par les forces de police, ni en tant que personne ni en tant que professionnel ».

Il tient à « affirmer son soutien aux forces extrêmement mobilisées dans le cadre de l’état d’urgence et des élections, et qui doivent sécuriser des manifs non déclarées et parfois violentes ». La préfecture rappelle que la manifestation de dimanche, à laquelle participaient « 150 personnes très organisées » était « illégale », et que l’incident est intervenu au moment où le cortège cherchait à franchir un barrage.

Les services de l’Etat conseillent aux journalistes « de pas se placer entre les barrages des forces de l’ordre et les manifestants », et de se munir de brassards presse

Le Club de la Presse de Bordeaux s’est également exprimé mercredi suite à cet incident, intervenu le même jour que l’arrestation brutale de Jacob Khrist. Ce photographe de l’agence Hans Lucas, qui couvrait une action des Femen contre le FN à Hénin-Beaumont, a été finalement relâché après 36 heures de garde à vue…

Le Club dit exprimer « son inquiétude devant la dégradation des conditions de travail des journalistes couvrant la campagne présidentielle : injures, dénigrements et violences ne leur sont pas épargnés. A quelques jours de la Journée internationale de la liberté de la presse célébrée le 3 mai, le Club de la Presse estime que ces dérapages sont autant de menaces pour le principe fondamental de la liberté d’informer. Informer n’est pas un délit. »

L'AUTEUR
Simon Barthélémy
Simon Barthélémy
Journaliste, rédacteur en chef de Rue89 Bordeaux
En BREF

Le programme définitif du Festival Solidaire Causette

par La Rédaction. 279 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Gironde : mais pourquoi manque-t-il des professions de foi de candidats ?

par Xavier Ridon. 729 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Pari tenu pour la Cité du Vin un an après son ouverture

par Margaux Deuley. 347 visites. Aucun commentaire pour l'instant.