Enquêtes et informations de proximité
Enquêtes et informations de proximité
Notre campagne Ulule : Nous répondons à vos messages et remarques
Back Office 

Notre campagne Ulule : Nous répondons à vos messages et remarques

par La Rédaction.
Publié le 9 juillet 2016.
Imprimé le 25 octobre 2021 à 12:21
6 260 visites. 4 commentaires.
La soirée de soutien à Rue89 Bordeaux qui s'est déroulée le 6 juillet au bar de La Marine (AboutLightAndMen@Kami)

La soirée de soutien à Rue89 Bordeaux qui s’est déroulée le 6 juillet au bar de La Marine (AboutLightAndMen@Kami)

Il reste 6 jours et 17 271 € à réunir !

Suite au lancement de notre campagne Ulule, nous avons reçu plusieurs messages de nos lectrices et lecteurs. Nous avons également lu des réactions sur les réseaux sociaux. Nous avons donc fait une sélection. Cependant, plusieurs de vos questions et idées pourraient trouver des réponses dans nos différents posts et articles.

Payer les journalistes convenablement

Le commentaire : « hmmm comme ça sans source vérifier, je dirai : z’avaient qu’à commencer par payer des journalistes convenablement, avec le statut itou. Ptèt’ ben que ça aurait donné de l’info + mieux, + percutante, donc mieux suivie et tutti quanti… payer en « visibilité » (apparemment une monnaie) ».

Nous l’avons déjà écrit. Tous nos journalistes sont payés, avec un bulletin de salaire pour ceux qui le souhaitent, ou sur facture pour les autres. Nous avons consacré l’entière mise de départ au contenu du site et, en particulier, au travail des journalistes-pigistes. Nous sommes conscients que les rémunérations peuvent être améliorées. Nous le ferons dès que la trésorerie le permettra. Mais, en aucun cas, nous avons « troqué » des travaux contre une « visibilité ». Tous nos journalistes peuvent en témoigner. L’auteur du commentaire aurait du effectivement se renseigner pour vérifier ses sources.

Faire un prêt

Le commentaire : « Les dirigeants de Rue89Bordeaux ne pourraient-ils pas emprunter des fonds à titre personnel pour financer leur aventure entrepreuneuriale? […] Il est trop facile de lancer un media, se rendre compte de ce que l’entreprise est compliquée, et de sommer alors le contribuable de financer le projet. Pourquoi cela serait-il acceptable pour les médias et par pour les conserveries ou les charcuteries de quartier? »

Un média n’est pas tout à fait à ranger sur le même plan qu’une charcuterie. C’est un espace qui a une fonction d’intérêt général, de garantie de la liberté et de la diversité. Malheureusement, la presse est actuellement dans une condition délicate, et créer un média rentable est aujourd’hui exceptionnel. A moins que les titres ne se retrouvent entre les mains de grands patrons, ou entre celles de l’Etat, mais il faut accepter alors l’absence d’impartialité !

Quand à emprunter auprès d’une banque sur fonds personnels, c’est impossible. D’une part, nous n’avons pas d’apport (déjà investi pour le lancement du site) et, d’autre part, il ne suffit pas de demander un prêt pour l’avoir. Une banque exige des garanties et, dans notre cas, les bilans des exercices passés. Ils sont mauvais, sinon, nous n’en serions pas là.

Demander une subvention

Le commentaire : « Demandez à la Région qui a donné 900000 à Sud Ouest »

La Région Aquitaine n’a pas « donné » cette somme au journal Sud Ouest. C’est un prêt de 900 000 euros qui a été consenti par la Région à la Sapeso (la société éditrice du journal). Selon le journal, ce prêt est remboursable en 28 échéances trimestrielles (soit sept ans) à un taux de 3,06 %.

Passer en payant

Le commentaire : « Voilà une raison pour en finir avec le tout gratos »

Vous dire que nous n’y avons pas songé, serait vous mentir. Mais la transition n’est pas simple. Même s’ils ne sont pas nombreux, nous ne pouvons pas nous passer des contrats publicitaires obtenus, tant bien que mal, sur les chiffres de notre audience. Ces chiffres existent grâce à l’accès gratuit au contenu du site. Passer en tout payant, nous en priverait.

Et même, rien qu’en faisant de rapides calculs, on pourrait rapidement comprendre les limites de la formule. Passer en payant exige un abonnement d’au moins 5€ par mois, 8€ tout au plus. Il faudrait 1500 à 2000 abonnées pour devenir rentable. Est-ce possible ? Difficile de le prédire. Toujours est-il que la mésaventure de notre confrère dijonnais DijOnscOpe est encore dans les mémoires. Un an après être passé de la consultation gratuite à l’abonnement payant, il a été placé en redressement judiciaire, jusqu’à disparaître.

Nous allons exploré finalement une solution intermédiaire : le supplément payant, qui est par ailleurs proposé en contrepartie de vos contributions à la cagnotte Ulule.

D’autres pistes

Le commentaire : « Vous dites que vous nous rendrez tout si les 35000€ ne sont pas atteints, mais ce serait mieux de coupler différents types de financements, non ? Avez-vous d’autres pistes ? Par exemple, […] des autocollants ou des tee-shirts, […] un recueil de vos meilleurs articles ou dessins de presse, […] organiser des conférences payantes, […] un demi-poste pour une personne chargée de développer au niveau financier votre indépendance ? »

Ce commentaire est bien plus long et il est bourré de bonnes idées. Seulement pour les réaliser, il faut sortir la tête du guidon ! Nous sommes dans un cercle vicieux, où toutes les forces sont dévouées au contenu, à la rédaction et à la gestion du site. Pourquoi ? Parce que l’argent manque pour faire travailler des journalistes externes et dégager donc du temps pour diversifier nos activités.

Dans notre budget prévisionnel, qui a fixé le montant de la cagnotte Ulule, une grande partie de la somme attendue permettra justement de mettre en route la réalisation de certaines de ces idées, comme par exemple la création d’un poste chargé de développement qui serait la locomotive financière, ou encore la publication d’un best-of de nos articles qu’on pourrait rendre récurrente.

D’autres remarques ?!

Quoiqu’il en soit, continuez à nous soumettre vos idées. Vos messages nous donnent des éléments de réflexion, et beaucoup d’entre eux, pleins d’encouragement, nous apportent du réconfort et renforcent nos convictions.

Notre campagne de financement participatif sur Ulule.

Article actualisé le 09/07/2016 à 11h48
L'AUTEUR
La Rédaction
La Rédaction
Des infos d'ici de là

En BREF

L’exercice d’évacuation près de la centrale nucléaire du Blayais, « une mauvaise plaisanterie »

par La Rédaction. 455 visites. 2 commentaires.

Inauguration de la place Gambetta : nouvelle polémique entre la mairie et l’opposition

par La Rédaction. 3 120 visites. 2 commentaires.

Rado, le nouveau tiers-lieu Wanted en projet aux Bassins à Flot

par Victoria Berthet. 3 029 visites. 1 commentaire.
×