Emmaüs Gironde : l’audience pour nommer un administrateur judiciaire reportée au 8 juillet
Brèves 

Emmaüs Gironde : l’audience pour nommer un administrateur judiciaire reportée au 8 juillet

L’audience qui devait statuer sur la demande d’Emmaüs France de doter Emmaüs Gironde d’un administrateur judiciaire à la place du controversé président Pascal Lafargue, suite à son exclusion, s’est conclu par un renvoi.

L’avocat d’Emmaüs Gironde Maitre Galinat se félicite :

« On va pouvoir répondre point par point aux accusations d’Emmaüs France qui sont infondées et à contre-temps : comment peuvent ils demander un administrateur judiciaire pour une association qu’ils ont exclue il y a deux semaines ? »

A notre question sur le mouvement social qui agite la structure girondine depuis un mois et demi, l’avocat explique qu’elle ne concerne qu’une petite partie des 320 salariés de l’association.

De juillet à septembre ?

L’avocate Maitre Poirier, postulante du cabinet Camino qui représente Emmaüs France, a expliqué ce renvoi par la nécessité des deux parties de rassembler tous les éléments de ce dossier « complexe ».

« Le 8 juillet il y aura des débats, le juge aura ensuite environ un mois pour rendre sa décision », a-t-elle détaillé.

Les vacances judiciaires estivales risquent cependant de repousser le délibéré  à septembre.

Également présent à l’audience, Thierry Haluin, directeur des compagnons d’Emmaüs Aquitaine, s’est montré déçu de ce nouveau délai accordé au président et au Conseil d’administration.

« La situation est particulièrement urgente mais on va continuer à maintenir la pression », nous a-t-il expliqué.

Jean-François Maruszyczak, délégué général d’Emmaüs France (à gauche), venu soutenir le personnel d’Emmaüs Gironde (photo Spread Média)

« Je savais que tout ça finirait devant la justice »

Les 54 compagnons d’Emmaüs et les quatre salariés encadrant sont en grève illimitée depuis le  29 mai. « C’est une première depuis cinquante ans » souligne Thierry Haluin qui met en cause la gestion « complètement opaque » de l’association. Il rappelle également que cette grève s’inscrit en « solidarité » avec les salariés du pôle social et du pôle enfance qui ont déposé deux motions de défiance depuis le début du mouvement.

Bernard Cabanne, ex-administrateur d’Emmaüs Gironde, était également présent au tribunal. Avant de porter les mêmes accusations d’opacité sur le fonctionnement d’Emmaüs Gironde, il déclare :

« Je ne suis resté qu’un an dans le conseil d’administration et si j’ai démissionné c’est que je savais que tout ça finirait devant la justice. »

En attendant, ce renvoi permettra à Pascal Lafargue de mieux se préparer pour faire face aux accusations. Cependant, les débats du 8 juillet au tribunal de grande instance de Bordeaux, s’ils ont lieu, s’annoncent d’ores et déjà particulièrement houleux. Les salariés ont lancé une pétition en ligne qui a récolté 1500 signatures. Ils réclament une nouvelle fois la démission du président pour « poursuivre [leur] engagement » et espérer retrouver le réseau d’Emmaüs France.

L'AUTEUR
Thomas Laurent
Thomas Laurent
Journaliste plein d'état d'âme, membre de Spread Média

En BREF

#BougePourTonPère, la course anti-PMA qui passe mal à Bordeaux

par Simon Barthélémy. 6 750 visites. 1 commentaire.

Bordeaux accueille aussi un match de supporters pour les demi-finales du Top 14

par Lucile Bonnin. 750 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Fabien Robert et Aziz Skalli relaxés après la plainte pour diffamation de Robert Ménard

par Walid Salem. 473 visites. Aucun commentaire pour l'instant.