De Marmande à Bordeaux, le circuit de la tomate ne tourne pas rond
Economie  Kiosque abonné 

De Marmande à Bordeaux, le circuit de la tomate ne tourne pas rond

Les tomates de Marmande passent par Rungis pour arriver à Bordeaux. Cette affirmation relayée l'an passé par Alain Juppé est loin d'être évidente. Mais elle appuyait la volonté de l'ex maire de Bordeaux et de son homologue marmandais de développer un projet de "relocalisation alimentaire". Objectif : faciliter la distribution dans la métropole des denrées produites dans le marmandais (tomates, fraises, viande...) en développant les circuits courts et le bio. Un an après, la mairie de Bordeaux dit vouloir "accélérer les coopérations métropolitaines avec les territoires de production" (dont Marmande). Où en est-on ?

Ce contenu est réservé aux abonnés

L'AUTEUR
Céline Belliard
Céline Belliard
Journaliste web, radio et presse écrite

En BREF

« Le poison de votre mandat » : les candidats girondins interpellés sur les pesticides

par Walid Salem. 507 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

La justice ne stoppe pas la déviation du Taillan

par Simon Barthélémy. 1 913 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Bordeaux Métropole valide un ambitieux plan pour le logement étudiant

par Simon Barthélémy. 1 467 visites. Aucun commentaire pour l'instant.