Elles lancent le premier Drive Zéro Déchet de Nouvelle-Aquitaine
Vie pratique 

Elles lancent le premier Drive Zéro Déchet de Nouvelle-Aquitaine

Après le Drive Tout Nu à Toulouse, deux jeunes Girondines créent le premier Drive Zéro Déchet de la région dans l’agglo bordelaise. A partir de janvier 2020, il proposera des produits majoritairement bio et locaux, à commander sur internet et à récupérer dans un des points de retrait.

Ze Drive veut relever un pari ambitieux : « Proposer le concept d’une épicerie vrac, la qualité de produits d’un magasin bio, l’offre locale d’un magasin de producteurs et le service d’un drive. Le résultat, c’est un drive zéro déchet. »

Ce concept est né à Toulouse, avec le Drive Tout Nu lancé en janvier dernier (voir la vidéo ci-dessous). Deux Bordelaises ont voulu le dupliquer en Gironde, et prévoient de lancer leur service en janvier prochain.

 

« Je suivais de près l’expérience du Drive Tout Nu, d’autant que je connais du monde à Toulouse qui sont consommateurs, raconte Laura Boudier, une des cofondatrices. Je trouvais ça génial, et quand j’ai vu le buzz pour leur lancement (11 millions de vues sur Brut Nature), je me suis demandé pourquoi ne pas le faire moi-même à Bordeaux ? »

Un concept emballant

D’autant que Laura Boudier a une certaine expérience et un réseau : elle a été coordinatrice pendant trois ans du Drive Fermier de Gironde au sein de la Chambre d’agriculture. Le déclic pour quitter un CDI a été la volonté parallèle d’une copine, Célia, de quitter aussi son boulot d’enseignante pour se s’engager dans un projet ayant du sens.

Comment Ze Drive va marcher ? Les clients pourront commander sur internet parmi une gamme de produits frais (fruits, légumes…), d’épicerie mais aussi de produits non alimentaires (comme du PQ en papier recyclé et en vrac de chez Papeco).

Les commandes seront ensuite disponibles chaque semaine sur quatre points de retrait dans la métropole bordelaise, ainsi que dans le Libournais et en Charente-Maritime. Les produits seront livrés sans emballage, et conditionnés dans des contenants réutilisables que les utilisateurs pourront rapporter la fois suivante.

« Démocratiser le vrac »

La consigne n’est pas obligatoire, mais « inversée » : les personnes seront récompensé.e.s par un bon d’achat de 10 centimes par contenant rapporté, qui seront ensuite nettoyés et remis dans le circuit. Ce qui consomme 4 fois moins de ressources et d’énergie qu’un emballage recyclé, pointent les confondatrices de Ze Drive.

Elles espèrent combattre à leur échelle le suremballage, à l’origine de la moitié du kilo de déchets que les Français jettent chaque jour. Et veulent « démocratiser le vrac »  bio et local, en offrant aux consom’acteurs périurbains une possibilité réservée à des épiceries de centre-ville comme La Recharge, à Bordeaux.

Laura et Célia, fondatrices de Ze Drive (DR)

Personnellement engagée dans une démarche Zéro Déchet, déplorait de « crouler sous les emballages du Drive Fermier, chaque producteur emballant sous videou dans du papier kraft. » En outre, la jeune femme pense que ce nouveau système peut résoudre des problèmes posés aux agriculteurs dans d’autres réseaux de circuits courts (Amaps, Ruche qui dit oui…) :

« Trop de démarches similaires demandent aux producteurs de s’impliquer, d’assurer la logistique et la permanence aux points de retrait. C’est prenant. De plus, ce sont toujours les mêmes qui sont sollicités, et qui viennent plutôt du sud Gironde et de Lot-et-Garonne. Ceux du nord du département et de la Charente sont plus frileux pour s’engager, car ils veulent éviter l’enfet des bouchons sur le pont d’Aquitaine et l’A10. »

80% de produits bio

Avec son entrepôt logistique (et point de retrait) basé à Saint-André-de-Cubzac, Ze Drive travaille déjà auprès d’une cinquantaine de producteurs du coin. L’objectif est de proposer 80% de produits certifiés bio et 60% issus de producteurs ou d’artisans locaux (Gironde et départements limitrophes). 

« Et pour le reste, nous travaillerons uniquement avec des fournisseurs responsables et éthiques, prêts à réduire leurs déchets, et dont les produits sont issus d’un mode de production respectueux du vivant. On sait comment les gens travaillent. Pour des producteurs locaux, c’est du militantisme de ne pas avoir la certification agriculture biologique, car ils refusent de payer pour justifier qu’ils produisent bien, sans pesticides ou engrais chimiques. » 

A terme, Ze Drive espère proposer 2000 références, avec deux gammes de prix pour chaque produit. Un salarié sera embauché dès le démarrage de l’activité. Pour financer celle-ci – notamment l’achat d’un camion frigorifique d’occasion -, Ze Drive vient de démarrer euros via une campagne de financement participatif sur Blue Bees, afin de récolter 8000 euros. Pour être à l’équilibre, ses cofondatrices tablent sur 2000 commandes par mois.

 

L'AUTEUR
Simon Barthélémy
Simon Barthélémy
Journaliste, rédacteur en chef de Rue89 Bordeaux

En BREF

Un refuge pour les sans domicile et leurs chiens à Darwin

par La Rédaction. 1 966 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Alerte sur des troubles cardiaques liés à la chloroquine en Nouvelle-Aquitaine

par La Rédaction. 2 179 visites. 7 commentaires.

Confinement : ça sent le fumier à Bordeaux et ce serait vachement bien

par Walid Salem. 53 058 visites. 6 commentaires.