Enquêtes et informations de proximité
Enquêtes et informations de proximité
Coronavirus : bars et restaurants de Bordeaux tirent le rideau
Brèves 

Coronavirus : bars et restaurants de Bordeaux tirent le rideau

par Claire Mayer.
Publié le 15 mars 2020.
Imprimé le 03 décembre 2021 à 07:37
7 506 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

L’annonce par le Premier ministre de la fermeture des bars, restaurants, discothèques… et de tous les lieux « non indispensables » à la nation a fait ce 14 mars l’effet d’une bombe chez les commerçants. Certains l’ont appris par leurs clients, d’autres grâce à des notifications sur leur smartphone. Tous déplorent n’avoir pas pu anticiper cette fermeture qui menacent leur activité.

« On apprend ça en plein service alors que la salle est bondée de monde ! » grogne Aurélien, qui tient un bar à vins rue du Parlement-Saint-Pierre. ça, c’est l’annonce par le Premier ministre Edouard Philippe, ce samedi soir, de la fermeture à compter du soir même ) minuit, de tous les lieux publics « non indispensables ».

Comme ses voisins restaurateurs avec qui il a ensuite échangé, ils vont être contraints de jeter toutes les préparations qui ont été faites en amont de cette soirée du samedi.

« On ne capte pas chez nous. Donc en fait, on a prévenu les gens à la sortie, qu’il fallait qu’ils profitent de leur soirée, car tout fermait à minuit. Certains ne voulaient pas le croire ! » explique le patron qui a deux employés.

« Je suis inquiet, qui va payer leurs salaires ? J’espère que l’Etat prendra le relai sur la charge salariale » développe-t-il.

Mais, pour l’heure, ils ne savent pas ce qui les attend. Pas plus que la durée véritablement de cette fermeture, qui a été annoncée jusqu’au 15 avril prochain. Cette date pourrait-elle être prolongée ?

« Je ne peux pas rester les bras croisés »

Romuald, patron de la Bièristerie place du Palais, une cave à bières artisanale, se dit qu’il va mettre en place de la livraison de produits à l’aide de son vélo, pour tenter de sauver son économie. Mais sans savoir véritablement dans quelle mesure ce procédé est autorisé, sous quelles conditions…

« Tant pis, je le ferai quand même, je ne peux pas rester les bras croisés à regarder mon activité couler ! » déplore le chef d’entreprise, qui a déjà connu d’importantes difficultés avec le mouvement des « gilets jaunes » et la mobilisation contre la réforme des retraites. Au vu de son emplacement, les badauds ne se battaient pas pour s’installer boire une bière en terrasse.

Olivier, patron du Sur-mesure sur la même place du Palais, est lui aussi en colère. L’enseigne fait partie de 4 autres adresses en France. A Bordeaux, Olivier a quatre salariés.

« On avait déjà moins de monde dans ce climat très tendu. La fermeture des écoles, crèches et universités, on l’a su quatre jours avant. Mais nous, c’est quatre heures avant ! On s’organise comment maintenant ? » déplore-t-il.

Mais les rues de Bordeaux restaient animées en ce samedi soir, comme s’il fallait « trinquer une dernière fois ensemble » selon les derniers fêtards.

L'AUTEUR
Claire Mayer
Claire Mayer
Journaliste pigiste web et presse écrite, passionnée d'actualité

En BREF

Le port du masque à l’école redevient obligatoire dans toute la Nouvelle-Aquitaine

par La Rédaction. 539 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

140 événements pour l’égalité et la diversité à Bordeaux Métropole

par Victoria Berthet. 499 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

L’exercice d’évacuation près de la centrale nucléaire du Blayais, « une mauvaise plaisanterie »

par La Rédaction. 998 visites. 2 commentaires.
×