Pierre Hurmic dégaine ses premières mesures pour écologiser Bordeaux
Politique 

Pierre Hurmic dégaine ses premières mesures pour écologiser Bordeaux

Plus de pistes cyclables, végétalisation de la ville avec les habitants, « réorientation » des opérations d’aménagement comme Bastide Niel, encadrement des loyers et permis de louer… Le nouveau maire ouvre de nombreux chantiers en cette rentrée.

Chemise bleu clair, veste bleu marine, jean, et baskets bleues Triver Flight à semelle blanche, Pierre Hurmic est plutôt décontracté pour sa conférence de presse de rentrée ce jeudi au Palais Rohan. Le nouveau maire écolo se sait très attendu, non seulement pour présenter ses actions et orientations de début de mandat, mais aussi sur les dossiers chauds de l’actualité, comme la sécurité.

« Vous êtes nombreux, décroche-t-il avec le sourire. Ce qui prouve qu’il y a beaucoup d’attentes et d’impatience. Nous allons en effet présenter ce qui va changer dans le quotidien des Bordelaises et Bordelais avec des mesures précises et concrètes qui vont illustrer notre manière d’administrer la ville. »

Avant de dérouler ses mesures, Pierre Hurmic règle ses comptes avec l’opposition, notamment un « conseiller municipal auto-déclaré candidat pour 2026 » – alias Nicolas Florian qui a déclaré dans Sud-Ouest « Je savais qu’ils ne feraient rien, je ne suis pas déçu ».

« Il nous demande de faire en quelques mois ce qu’ils n’ont pas fait en 25 ans. Il aurait pu avoir la sagesse d’attendre les résultats de cette conférence de presse avant de dresser un diagnostic prématuré et pour le moins hasardeux. »

Et il précise que la demande d’un conseil municipal extraordinaire sur la sécurité exprimée par Thomas Cazenave ne lui est jamais parvenue de manière officielle : « Je ne répondrai pas à un tweet qui a voulu faire le buzz sur les réseaux sociaux. »

Du gel pour démarrer la conférence de presse de la rentrée (WS/Rue89 Bordeaux)

30 km de pistes cyclables

C’est la « petite reine » qui a la faveur de l’édile, grand amateur de vélo, pour démarrer. Avec une augmentation de « 200% d’utilisateurs à Bordeaux », des nouveaux cyclistes qui boudent les transports en commun ou délaissent la voiture, Pierre Hurmic veut mettre à l’épreuve sa méthode d’urbanisme tactique.

« Il est de notre devoir de répondre de façon plus opérationnelle à ce besoin de circulation alternative. Notre méthode que certains appellent urbanisme pragmatique, s’adapte en permanence selon des constats partagés avec les riverains. Nous allons faire des aménagements par de la peinture jaune au sol et procéderons à des travaux définitifs quand ils seront validés par les habitants. »

Ainsi, 30 km de pistes cyclables supplémentaires vont être réalisés d’ici la fin de l’année, avec de premiers aménagements cours du Médoc et de la Somme, route de Toulouse, rue de Bègles et place Gambetta. 12 nouveaux tronçons de couloirs bus-vélo vont rapidement voir le jour sur les boulevards, dont 70% de la longueur seront équipés d’ici fin 2021. L’aménagement a déjà fait ses preuves, selon Didier Jeanjean, adjoint au maire en charge de la nature et des quartiers apaisés :

« 19% des cyclistes qui passent sur les boulevards sont d’anciens automobilistes. Et si les files de voitures s’allongent dans les parties où on passe de deux à une seule voie, nous n’avons pas encore vraiment de congestion. On est ambitieux mais il va falloir se donner du temps, encore un an, pour voir si ça marche et si cela crée du report modal. »

Par ailleurs, toujours concernant les vélos, 250 arceaux seront installés (500 places), tout comme 21 vélobox, parkings fermés et sécurisés. 5 seront proposés rapidement en phase de test à la demande des habitants.

Les baskets bleues Triver Flight à semelle blanche, la signature vestimentaire de Pierre Hurmic ? (SB/Rue89 Bordeaux)

Végétalisation pleine terre

Le maire promet par ailleurs « un changement de braquet et de méthode » sur la végétalisation de la ville.

« Nous ne voulons pas communiquer sur le nombre d’arbres plantés, mais sur une stratégie globale. D’ici fin 2020, nous allons identifier tous les endroits de la ville où nous pourrons végétaliser », promet le maire qui s’était attaché aux marronniers de Gambetta.

Des boîtes à outils et du conseil juridique seront apportés aux habitants et aux associations qui souhaitent planter dans un jardin, une place ou un cœur d’ilot, ou veulent faire classer des arbres remarquable… Une charte des droits de l’arbre sera établie pour la fin 2020. Chaque projet urbain devra être accompagné d’un projet de végétalisation et les promoteurs qui coupent des arbres de façon abusive seront fortement pénalisés.

Du côté des espaces publics, le maire promet de planter « en pleine terre » (et non plus en pot) des arbres dès cet hiver place Pey-Berland, et de végétaliser les places Tourny et Saint-Projet. Enfin la sanctuarisation des 43 hectares la Jallère est officiellement annoncée, et Pierre Hurmic veut faire de même de 12 ha d’espace boisé à Brazza.

Le maire de Bordeaux a rappelé au passage que 185 points d’eau de la ville ont été remis en état, seuls 9 points restants sont toujours hors service.

Zéro chômeurs longue durée

Trois actions seront menées en faveur de l’emploi. La première est la création d’une cellule d’aide aux entreprises de moins de 10 salariés, opérationnelle dès le mois d’octobre, comprenant des représentants du Medef, de Pôle emploi, de la CCI et de la Région, entre autres.

« Cette cellule aura pour mission d’aller à la rencontre des entreprises, d’identifier celles qui rencontrent des difficultés et de leur proposer un accompagnement administratif et technique qu’elles n’ont pas forcément les moyens d’avoir. »

Cette action pourrait concerner une centaine d’entreprises, donc un millier d’emplois.

Par ailleurs, Bordeaux se porte candidate à l’Expérimentation Territoire Zéro Chômeurs de longue durée. La ville en comptabilise 8000 et les quartiers concernés seraient Bordeaux Nord et Grand Parc. Elle va adhérer à l’association nationale qui coordonne le projet, mais devra obtenir l’accord du gouvernement pour lancer ce dispositif. Dans cette optique, le maire sollicite les parlementaires girondins pour appuyer sa demande.

Enfin, une mesure vise à développer les emplois des jeunes dans le secteur associatif. Un recensement est en cours pour en définir les débouchés.

Pierre Hurmic entouré de ses adjoints (WS/Rue89 Bordeaux)

Droit d’inventaire

Pierre Hurmic a annoncé la révision du PLU (plan local d’urbanisme) ou en faire un Bio PLU, dans le but de préserver la biodiversité. Celui-ci n’aboutira au mieux que dans 5 ans. Mais d’ici là, le maire de Bordeaux veut que la métropole intègre au PLU des règles écoresponsables sur la végétalisation, la perméabilité des sols ou les matériaux de construction, afin de sortir du tout-béton. La Ville mettra en place un label « Bâtiment frugal bordelais ».

Les grandes opérations d’aménagement (Euratlantique, Brazza…) seront « réorientées », à commencer par Bastide Niel. « Le projet va être revu en profondeur », indique Bernard Louis Blanc, adjoint à l’urbanisme, et un nouveau plan de la ZAC sera présenté fin septembre par Winy Maas, l’architecte néerlandais du quartier.

Un « maire régulateur »

« Nous voulons sortir de la politique de sacralisation du marché » tonne le maire qui promet de nouveaux outils. Le « maire régulateur », tel qu’il se définit, confirme la mise en place de l’expérimentation d’un bail réel solidaire pour l’accession à la propriété des logements, tout en laissant à la collectivité ou au bailleur social la propriété du foncier.

Un permis de louer sera mis en place pour éviter les locations de logements insalubres – il sera présenté en conseil de métropole en décembre, et expérimenté cours de la Marne et cours de l’Yser. Un permis de diviser, visant à empêcher la transformation de grands logements en multiples chambres, sera lui testé dans les 6 mois dans les quartiers Caudéran, Bastide, Saint-Augustin.

En plus du recensement des logements vacants promis dans son programme, Pierre Hurmic confirme la mise en place de l’encadrement des loyers, avec dépôt du dossier auprès de l’Etat en novembre et une application en avril 2021. Le bureau de Bordeaux Métropole a validé ce projet ce jeudi, pour expérimenter pendant 5 ans la mise en place d’un barème de loyers applicable aux nouveaux baux (relocation ou renouvellement) sur un périmètre défini. Les communes de la métropole qui respectent les critères, pourront intégrer, si elles le souhaitent, le périmètre de la candidature métropolitaine.

Le nouvel âge à l’ilotage

« J’ai rencontré tous les acteurs de la sécurité qui s’est dégradée depuis le confinement » affirme le maire de Bordeaux.

« Pour une politique efficace face à l’insécurité, il faut une politique équilibrée. C’est un travail en amont. Il y a des outils négligés ces dernières années et nous voulons leur redonner leur lettre de noblesse. »

Retour donc au renforcement de la police de proximité que Pierre Hurmic rappelle avoir été abandonnée par Nicolas Sarkozy, alors président de la république. « Nous devons faire ce que l’État a renoncé à faire, c’est à dire l’ilotage dans les quartiers. »

Amine Smihi annonce 3 à 5 recrues d’ici la fin de l’année, 10 l’année prochaine et 20 la suivante. « Actuellement, je n’ai même pas de quoi consacré un équipage par quartier, la police municipale étant complètement démunie », conclut l’adjoint en charge de la tranquillité publique, de la sécurité et de la médiation.

Enfin des brigades, canines et vélo, seront mises en place. La mairie va demander au ministère de l’intérieur une brigade CRS à demeure, comme l’a déjà fait la sénatrice Nathalie Delattre, ex maire adjointe de Bordeaux Maritime dans l’équipe sortante.

« C’est dommage qu’elle n’ait pas réussi à convaincre ses amis de l’ancienne majorité de le faire plus tôt, tacle Pierre Hurmic. Mais quand elle dit que la police municipale ne peut plus pallier le manque d’effectifs de la police nationale, elle est dans le vrai. »

L'AUTEUR
Walid Salem et Simon Barthélémy

En BREF

L’édition 2020 du Fifib, chamboulée par la crise, se tient du 14 au 19 octobre

par La Rédaction. 298 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Le conseil d’État n’interdit pas certaines chasses traditionnelles

par Céline Belliard. 3 608 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Khuzama, Syrienne d’Alep, en cuisine au Garage Moderne

par Walid Salem. 798 visites. Aucun commentaire pour l'instant.