Enquêtes et informations de proximité
Enquêtes et informations de proximité
Covid-19 : une surmortalité réelle mais très modérée en Nouvelle-Aquitaine
Brèves 

Covid-19 : une surmortalité réelle mais très modérée en Nouvelle-Aquitaine

par Simon Barthélémy.
Publié le 4 décembre 2020.
Imprimé le 03 octobre 2022 à 03:40
3 635 visites. 3 commentaires.

En Nouvelle-Aquitaine, depuis mars 2020, le nombre de décès dépasse de 1100 celui observé en 2019 sur la même période, constate l’Insee dans une étude révélée ce vendredi 4 décembre. Cette surmortalité est inférieure à la moyenne nationale et est très contrastée, entre la Creuse où elle atteint les 9%, et la Gironde où le nombre de morts est moindre qu’en 2019.

« Fortement liée aux effets de la Covid-19 », cette surmortalité de 2,4% concerne l’ensemble des causes de décès – soit 1100 mort supplémentaires sur un total de 46000 enregistrés entre le 1er mars et le 16 novembre en Nouvelle-Aquitaine).

Mais elle reste dans la région inférieure à la moyenne française pendant toute la durée de l’épidémie : l’excès de décès n’était que de 1% (environ 60) en Nouvelle-Aquitaine quand le reste de territoire français atteignait son pic de surmortalité à 36 % (soit 18 000 décès toutes causes confondues de plus qu’en avril 2019).

Dans la région, ce pic de surmortalité est atteint début novembre, et s’élève à 13% (contre 28% en France), soit 390 morts de plus qu’en 2019 à la même date. Et il recouvre des réalités très différentes : la hausse dépasse 6 % dans trois départements (Charente-Maritime, Deux-Sèvres, Lot-et-Garonne) et atteint les 9 % dans la Creuse.

Moins de morts en Gironde

Quatre autres départements (Corrèze, Landes, Pyrénées-Atlantiques, Vienne), enregistrent une hausse « inférieure à 4 %, ce qui, compte tenu du faible nombre des décès, se situe dans les marges de fluctuation annuelles ».

Enfin, « pour la Charente, la Dordogne, la Gironde et la Haute-Vienne, le nombre de morts recensés entre le 1er mars et le 16 novembre n’augmente pas entre 2019 et 2020 ». Au contraire, parfois :

« Le nombre total de décès entre le 1er mars et le 16 novembre en Gironde est en baisse de 0,2 % entre 2019 et 2020. »

Au printemps, ce phénomène très contre-intuitif était expliqué par l’effet spectaculaire du confinement sur d’autres causes de mortalité, comme les accidents de la route. L’Institut national de la statistique prévient cependant que ces différences entre les départements « doivent être interprétées avec prudence car leurs causes sont multiples » :

« D’une part, les décès qui surviennent ne reflètent pas uniquement les conséquences de la Covid-19, mais dépendent aussi de facteurs locaux, tels que la pyramide des âges propre à chaque territoire. D’autre part, les décès comptabilisés ne sont pas ceux des résidents du département, mais ceux qui sont intervenus dans le département indépendamment de la résidence des personnes décédées. Dans les départements ruraux notamment, des établissements de santé peuvent accueillir des malades résidant dans d’autres départements. »

L'AUTEUR
Simon Barthélémy
Simon Barthélémy
Journaliste, cofondateur de Rue89 Bordeaux

En BREF

« Bordeaux fête le vin » tous les ans, et la fête du fleuve en stand by ?

par La Rédaction. 418 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

L’opposition Renouveau Bordeaux demande à la Ville de « reprendre la main sur la propreté »

par Victoria Berthet. 594 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Le squat de la rue Gravelotte expulsé en moins de 24 heures par les forces de l’ordre

par Victoria Berthet. 566 visites. Aucun commentaire pour l'instant.
×