Enquêtes et informations de proximité
Enquêtes et informations de proximité
Mouvements sociaux, covid-19, élections… : 2020 vue par Jean-Michel Becognee
Carte blanche 

Mouvements sociaux, covid-19, élections… : 2020 vue par Jean-Michel Becognee

par Jean-Michel Becognee.
Publié le 30 décembre 2020.
Imprimé le 01 décembre 2021 à 23:10
1 159 visites. 2 commentaires.

Le photographe bordelais auteur de « Douce France » et, plus récemment, « Dsoérdre », répond à l’exercice de résumer chaque mois de l’année 2020 par une image et un commentaire. Une carte blanche sans concession.

Janvier 2020
« C’est l’histoire d’une société qui tombe et qui au fur et à mesure de sa chute se répète sans cesse pour se rassurer, jusqu’ici tout va bien, jusqu’ici tout va bien… Le problème, ce n’est pas la chute, c’est l’atterrissage. » La haine 2020, la même. Lacrymogènes et coups de matraques pleuvent. Urgence sociale, ici des policiers tabassent des infirmières, là des CRS s’acharnent sur les pompiers. Pourtant, aucune dégradation, aucun casseur.
Violences ordinaires.

Février 2020
La portière qui s’ouvre, nos regards qui se croisent. Un glaive qui me transperce et ces yeux qui n’auront de cesse de me hanter. Jours et nuits.
Urgence sanitaire. Maintes fois placardée depuis des mois dans la rue par le personnel hospitalier : « L’État compte ses sous, on va compter nos morts »
Nous y sommes.

Mars 2020
Emmanuel Macron est au Kenya pour la troisième édition du One Planet Summit. Le « champion de la Terre » a défendu son titre en permettant notamment aux « champions de l’écologie » que sont Vinci, GE-Alstom et Airbus de signer pour deux milliards d’euros de contrats.
Le retour à la maison s’annonce moins clinquant car les quatre ONG à l’origine de « L’Affaire du siècle » vont déposer un recours contre l’Etat pour « inaction climatique« . Emmanuel Macron réagit, déclarant ne pas y voir « les tenants et les aboutissants » et appelant à « arrêter ces bêtises ».
Urgence climatique ? A vomir.
« L’avenir n’était pas ce qui va arriver, mais ce que nous allons en faire. » Henri Bergson, philosophe.

Avril 2020
« Je suis le mal que vous m’avez fait. » L’afficheur hurle, Paul Chamberland.

Mai 2020
Parfois je me demande pourquoi les français votent toujours pour des incapables. Puis je me dis que Les feux de l’Amour en est à la saison 47…
« Pareillement les tyrans, plus ils pillent, plus ils exigent, plus ils ruinent et détruisent, plus on leur baille, plus on les sert, de tant plus ils se fortifient et deviennent toujours plus forts et plus frais pour anéantir et détruire tout ; et si on ne leur baille rien, si on ne leur obéit point sans combattre, sans frapper, ils demeurent nus et défaits et ne sont rien, sinon que comme racine, n’ayant plus d’humeur ou aliment, la branche devient sèche et morte. » De la servitude volontaire, La Boétie.
En marche vers la dictature ?

Juin 2020
La mairie de Bordeaux vire au vert. Juppé voit rouge, Florian rit jaune, Hurmic lui voit la vie en rose. En politique comme pour le reste, on peut rire de tout… Mais pas en mangeant de la semoule. 

Juillet 2020
Les yeux clos, un sparadrap sur chaque paupière. Une ombre qui passe sans bruit. 
Prémonition.

Août 2020
« Je ne sais rien de gai comme un enterrement ! Le fossoyeur qui chante et sa pioche qui brille, la cloche, au loin, dans l’air, lançant son svelte trille, le prêtre en blanc surplis, qui prie allègrement. »
L’enterrement, Paul Verlaine.

Septembre 2020
Aide soignante, dans le dur depuis des semaines. Des mois. A la demande de la direction, elle a quitté le service de réanimation pour trois petits jours. Pour ce seul motif, sa prime de récompense sera amputée de 25%. « Travaille, consomme, ferme ta gueule… » Comme une turlutaine. Lancinante. 

Octobre 2020
« Quand vous supprimez l’espoir, ça laisse un vide. Certains comblent ce vide avec la colère et la violence. » L’envol des anges, Michael Connelly.

Novembre 2020
Manifestations, encore. Les vitrines des grandes enseignes s’y accommodent moyennement… 
« Le vrai danger ne vient pas par celui qui mord, mais par celui qui lèche. » Sandrine Fillassier, Auteure

Décembre 2020
La haine en marche. Vous envisagiez moins de liberté pour plus de sécurité ? Fifrelin, vous n’aurez rien. 
Le Covid-19 comme un écran de fumée.
Pour l’année 2021 qui approche, je vous souhaiterais bien d’être positif, mais apparemment, ça fout le bordel.

×