Enquêtes et actualités gavé locales

Le squat de la rue Gravelotte expulsé en moins de 24 heures par les forces de l’ordre

Suite à une plainte du propriétaire, les forces de l’ordre sont intervenues ce mercredi dans un ancien Ehpad de Bordeaux, occupé depuis la veille par une dizaine de familles à la rue.

Cet article est en accès libre. Pour soutenir Rue89Bordeaux, abonnez-vous.

Le squat de la rue Gravelotte expulsé en moins de 24 heures par les forces de l’ordre

La tentative d’occupation aura tourné court. En moins de 24h, les forces de l’ordre sont intervenues pour déloger des familles qui avaient investi un ancien Ehpad, à la barrière de Bègles. Expulsées du squat Le Carreau à Saint-Michel cet été, les familles avaient également tenté d’ouvrir un squat au Grand Parc, il y a deux semaines.

« Occupation illégale »

L’histoire se répète donc rue Gravelotte. Dans un communiqué publié mercredi 21 septembre, la préfecture de la Gironde annonce l’intervention des forces de l’ordre dans la matinée, suite à une plainte du propriétaire pour « occupation illégale des lieux ».

À l’instar du Grand Parc, où le bailleur CDC Habitat a déposé plainte, l’intervention de la police nationale est justifiée par une « enquête de flagrance suite à une introduction par voie de fait dans l’immeuble ». La préfecture a recensé « 9 ressortissants étrangers », précisant qu’une « mineure handicapée et sa mère ont été prises en charge par le SAMU social ».

L’ancien Ehpad Les Amaryllis a déjà fait l’objet d’une ouverture de squat, il y a deux ans. Les familles, pour la plupart expulsées de la Zone Libre à Cenon, avaient été délogées une semaine après. Le bâtiment appartient aujourd’hui au promoteur Ideal Group, qui souhaite le réhabiliter en résidence étudiante.


#sans toit ni loi

Activez les notifications pour être alerté des nouveaux articles publiés en lien avec ce sujet.

Voir tous les articles
Plus d'options