Enquêtes et actualités gavé locales

Pour les 10 ans de votre média : objectif 2000 abonné⋅es

30/04/2024 date de fin
687 abonné⋅es sur 2 000
Pour ses 10 ans, Rue89 Bordeaux propose un abonnement à 10€/an et vise les 2000 abonné.es

Extinction Rebellion s’invite au conseil régional pour protester contre la LGV Bordeaux-Toulouse

La session plénière du conseil régional de Nouvelle-Aquitaine a été interrompue par des militants écologistes déterminés à faire entendre leur opposition au projet de ligne grande vitesse entre Bordeaux et Toulouse.

Cet article est en accès libre. Pour soutenir Rue89Bordeaux, abonnez-vous.

Extinction Rebellion s’invite au conseil régional pour protester contre la LGV Bordeaux-Toulouse

« Nous sommes là pour discuter ! » a scandé une militante d’Extinction Rebellion Bordeaux après qu’un petit groupe de cinq militants écologistes se soit introduit au sein du conseil régional de Nouvelle-Aquitaine, réuni en session plénière pour la première fois de l’année 2023 en ce lundi 27 février.

Suite à l’irruption des activistes (voir vidéo ci-dessous fournie par Extinction Rebellion), le président Alain Rousset a interrompu l’intervention en visio-conférence de la docteure québecoise Sylvie Poirier, invitée pour présenter les politiques publiques de sa province en faveur de la santé.

Les militants souhaitaient faire valoir leurs arguments contre le projet de LGV entre Bordeaux et Toulouse. Ils ont brandi des banderoles pour dénoncer « l’artificialisation démesurée qui prend la forme de grands projets inutiles et nocifs », en citant outre GPSO, les mégabassines, les extensions d’aéroports, ou encore les engagements Néo Terra.

« Pourquoi infiltrer la salle d’assemblée en plénière ? Parce qu’une majorité des élu.es, celle qui vote en faveur du projet, s’obstine à perpétuer une idée du développement par la croissance et restent dans le déni de l’emballement climatique en cours », justifie Extinction Rebellion Bordeaux dans un communiqué.

Évacuation musclée

Les activistes ont été rapidement et violemment évacués.

« On est un certain nombre a avoir été choqués. Je regrette que certains de nos agents de la collectivité ont été malmenés physiquement. Deux ont été blessés », a rapporté Nicolas Florian lors de son intervention matinale.

Rachid Belhadj, directeur du service presse de la Région, réfute. « Il n’y a pas de blessés, juste un agent de sécurité et un huissier ont été bousculés.

« Bien sûr, notre objectif n’était pas de porter atteinte aux agents de la sécurité qui ne font que leur travail », a indiqué Extinction Rebellion dans un message posté sur Instagram.

« Expression d’une angoisse »

Isabelle Larouy, élue communiste a livré son interprétation de cet évènement :

« Je pense qu’il est aussi et d’abord l’expression d’une très grande angoisse. On fait vivre notre jeunesse avec cette angoisse du lendemain. Il faut que l’on ait un peu de bienveillance envers ces jeunes gens pour comprendre leur inquiétude. »

Alain Rousset a invité les militants d’Extinction Rebellion à venir échanger plus sereinement dans l’après-midi. Deux d’entre eux ont été reçus par Alain Rousset, et les vices-présidents Laurence Rouède et Guillaume Riou, renseigne le service communication.

Précisant qu’il n’était pas « informé de l’action », le groupe écologiste a apporté son soutien aux militants, via un communiqué envoyé dans la foulée :

« Nous dénonçons les projets nocifs et destructeurs pour la biodiversité, les milieux et les ressources, ajoute Christine Seguinau, coprésidente du groupe. Cela fait longtemps que nous alertons pour un changement de politique. Il n’est pas étonnant que la jeunesse s’en mêle et c’est même rassurant. »


#transports

Activez les notifications pour être alerté des nouveaux articles publiés en lien avec ce sujet.

Voir tous les articles
Partager
Plus d'options