Enquêtes et actualités gavé locales

Les dessous du bras de fer entre Ryanair et l’aéroport de Bordeaux-Mérignac

Ryanair menace de fermer sa base à l’aéroport de Bordeaux-Mérignac si la redevance aéroportuaire augmente. La négociation porte en fait sur la reconduction d’un contrat d’aides financières à la compagnie low cost, dont le coût « considérable » a été dénoncé par la Cour des comptes dans un récent rapport au vitriol sur la gestion du plus grand aéroport d’Etat en province.

,
Édition abonnés
Les dessous du bras de fer entre Ryanair et l’aéroport de Bordeaux-Mérignac

En titrant en 2019 sur un aéroport de Bordeaux-Mérignac « low cost du sol au plafond », Rue89 Bordeaux était en dessous de la réalité. Dans un rapport publié en octobre 2023, la Cour des comptes étrille en effet la gestion de la plateforme girondine, fondée sur l’offre à bas coût. Le trafic a bondi de 68% entre 2013 et 2019, pour atteindre un pic de 7,7 millions de passagers, avant de plonger lors de la pandémie (il est aujourd’hui revenu à 85% de son niveau d’avant Covid).
Ce décollage est en grande partie lié à des contrats « d’accompagnement », ou « d’aide incitative » conclus par l’aéroport avec trois compagnies low cost – Easyjet, Ryanair et Volotea -, pour les inciter financièrement à ouvrir de nouvelles lignes, révèle la Cour des comptes.

Ryanair, un passager sur 4 à Bordeaux

Cette stratégie a été « couronnée de succès », selon elle : le trafic des trois compagnies low cost a été multiplié par trois, de 1,4 million de passagers en 2013 à 4,2 millions en 2019, pour représenter 65% du trafic total en 2021, contre 31% en 2013 ! Avant l’ouverture de sa base à Mérignac, en 2019, Ryanair transportait 470000 personnes par an. En 2023, la compagnie irlandaise pesait 1,7 million de passagers, soir le quart du trafic de l’aéroport de Bordeaux-Mérignac (ADBM).

Lisez la suite pour 1€

En profitant de notre offre d’essai, résiliable en ligne à tout moment.

Pour accéder à cet article, il faut être abonné. Pourquoi ?

Les informations exclusives, les enquêtes et certains reportages constituent l’édition abonnés de Rue89 Bordeaux. En tant que média indépendant, nos ressources proviennent de nos lectrices et lecteurs abonnés, aucun milliardaire ni groupe bancaire ne nous finance.

Nous demandons à nos lecteurs une faible contribution pour disposer à Bordeaux d’un média critique des pouvoirs, capable d’enquêter et de traiter les enjeux locaux en profondeur et dans la durée.

Chaque abonnement compte. Toutes nos recettes sont investies dans un journalisme local indépendant, dont la force et la réactivité dépend directement du nombre d’abonnés actifs.

Je m’abonne 

Abonnez-vous maintenant pour suivre l’actualité locale.

Déjà abonné ?

Connectez-vous

L’investigation locale à portée de main.

Abonnez-vous et profitez d’un accès illimité à Rue89Bordeaux. Annulez quand vous voulez.

Déjà abonné ? Connectez-vous

Choisissez votre formule :

#transports

Activez les notifications pour être alerté des nouveaux articles publiés en lien avec ce sujet.

Voir tous les articles

À lire ensuite


La liquidation de Fret SNCF, une « catastrophe sociale et écologique » dénoncée à Bordeaux

Photo : LX graphie/Flickr/CC

La piste secondaire de l’aéroport Bordeaux-Mérignac au cœur de turbulences entre communes

Photo : Arthur Chi Yen/Flickr/CC

Partager
Plus d'options