Enquêtes et actualités gavé locales

Le VCub devient « Le Vélo par TBM » : ce qui va changer pour les usagers

« Le Vélo par TBM » est la nouvelle génération de vélo en libre-service qui remplace les V3 (VCub) à partir du 10 avril. 50 nouvelles stations implantées dans la zone du centre-ville.

Cet article est en accès libre. Pour soutenir Rue89Bordeaux, abonnez-vous.

Le VCub devient « Le Vélo par TBM » : ce qui va changer pour les usagers
Présentation des « Vélos par TBM » à la nouvelle station de la Barrière d’Arès (MB/Rue89 Bordeaux)

Le VCub, rebaptisé V3, c’est fini, place au « Vélo par TBM ». Bordeaux Métropole renouvelle son parc de vélos en libre-service avec 2 000 nouvelles bécanes (500 de plus qu’aujourd’hui), pour la moitié électriques, déployées à partir du 10 avril sur l’ensemble du territoire. Un engagement pris par Keolis dans cadre de la reconduction de la délégation de service public transports à la filiale de la SNCF, qui pilote TBM.

Le déploiement de cette flotte vélo répond à un enjeu identifié, « décongestionner la métropole », résume la vice-présidente de la métropole, Béatrice de François.

« C’est aussi le moyen pour Bordeaux Métropole d’accompagner une tendance de fond qui voit la part des déplacements à vélo considérablement augmenter : plus de 124% de déplacements en vélo entre 2009 et 2021. »

La tarification se veut « attractive » : « Le Vélo » est inclus dans l’abonnement TBM (les abonnés devront payer 45€ de plus pour accéder au vélo électrique), de 30€ par an pour l’abonnement « Vélo » seul, et de 75€ pour le vélo électrique seul. Pour une utilisation occasionnelle, le décrochage est à 1 euro, 2 pour les vélos électriques, et 30 minutes sont inclues, plus 10 centimes par minute supplémentaire.

« Moderne, élégant et robuste »

Le lancement du service s’étalera sur la semaine : mercredi, la transition vers la nouvelle application « Le Vélo par TBM » nécessitera l’indisponibilité totale de la flotte toute la matinée. Les crédits temps des abonnements V3 seront transférés sur la nouvelle application. La réouverture progressive des stations depuis le centre de Bordeaux vers la périphérie se fera en début d’après-midi et se poursuivra jusqu’à vendredi.

Quels seront les changements concrets pour les usagers ? Pierrick Poirier, le directeur général de TBM, juge ce nouveau vélo « moderne, élégant dans sa forme et tout aussi robuste ». Les 1000 vélos électriques disposent maintenant d’une batterie intégrée. Avant cela les utilisateurs devaient la conserver et la recharger eux-mêmes ; ce sera désormais le travail de TBM.

Pierrick Poirier, Directeur Général de TBM déroule la présentation du service (MB/Rue89 Bordeaux)Photo : MB/Rue89 Bordeaux

« La sécurité n’est pas oubliée », poursuit Pierrick Poirier, avec la présence de clignotants, à l’avant comme à l’arrière, et de freins dits roller-brake, réputés plus efficaces. Les vélos sont également équipés d’un cadenas connecté, indispensable pour le raccrochage sur les îlots smart. Ce nouveau système va venir renforcer la capacité des stations les utilisées.

Enfin, sur les vélos électriques, un cockpit intégré et connecté en Bluetooth à la nouvelle application « Le Vélo par TBM » offrira la possibilité aux usagers de visualiser le temps de location.

Exit les stations périphériques

Une quarantaine de nouvelles stations verra le jour d’ici la fin de l’année 2024. Neuf sont opérationnelles dès ce mercredi 10 avril : Barrière d’Arès – où a eu lieu la présentation à la presse ce lundi 8 avril –, Brandenburg, Amédée Saint-Germain, Ecole Normale, Archives, Niel, Barrière Judaïque, Place Maran et Mandron.

Seule ombre au tableau : 20 stations peu utilisées dans la zone extra-rocade sont repositionnées en centre-ville. Cette « concentration des stations dans la ceinture intra-rocade » est pensée pour « apporter des solutions adaptées aux besoins », déclare Béatrice de François. Abandonner ces stations, c’est une décision logique selon Pierrick Poirier :

« Un service vélo fonctionne si vous avez un maillage très important de stations, donc une station à l’extérieur ne va pas fonctionner parce qu’il n’y a pas un réseau pour aller d’un point à un autre », justifie le directeur général de TBM.

Part du lion

À Pessac, par exemple, les stations V3 Bersol, Castaing, France Alouette et Hôpital Haut-Lévêque ont été supprimées l’année dernière. Une décision comprise par la municipalité au vu des chiffres enregistrés : à peine deux rotations par jour en moyenne sur ces quatre les stations.

« Les chiffres ne mentent pas, mais on s’en était émus, se souvient Jérémie Landreau, adjoint au maire de Pessac. Dédensifier le service dans les territoires en extra rocade n’est peut-être pas la solution. »

Andréa Kiss, maire du Haillan et vice-présidente de la métropole, relève que sa commune, située extra-rocade, perd ses deux stations.

« Mais elles étaient très peu fréquentées, donc ce n’est pas une grosse perte pour nous, d’autant plus que le free-floating a avantageusement remplacé ce dispositif. »

Cela souligne néanmoins au passage le risque pour la métropole bordelaise, que sur ces territoires de conquête pour le vélo que sont les périphéries, les opérateurs privés ne se taillent la part du lion.


#Vélo en libre service

Activez les notifications pour être alerté des nouveaux articles publiés en lien avec ce sujet.

Voir tous les articles
Plus d'options