Enquêtes et actualités gavé locales

Le nouveau réseau TBM, un « choc d’offre » pour accélérer les transports décarbonés

Trois nouvelles Lianes circulaires, nouveaux services de transport à la demande, et de prêts et locations de vélos… Après la reconduction de Keolis aux commandes de TBM, le réseau des trams, bus, vélos et bateaux de Bordeaux Métropole se lance dans un sérieux lifting, avec l’ambition notamment d’améliorer les liaisons entre les deux rives et entre les zones d’activité.

Cet article est en accès libre. Pour soutenir Rue89Bordeaux, abonnez-vous.

Le nouveau réseau TBM, un « choc d’offre » pour accélérer les transports décarbonés

Voici la traduction concrète du contrat record de 2,2 milliards d’euros conclu par Bordeaux Métropole avec Keolis. Pour être reconduite à la tête du réseau TBM, la filiale de la SNCF s’était engagée à améliorer l’efficacité des transports en commun, et proposer davantage de services. Son nouveau réseau, présenté ce jeudi 20 avril, doit également mettre en pratique la stratégie des mobilités votée en 2021 par la métropole.

« 300 millions d’euros ont déjà été été investis depuis 2021, rappelle Alain Anziani, président de Bordeaux Métropole. Cela porte à la fois sur des petits projets comme la suppression de carrefours à feu ou sur de grands aménagements. »

Parmi ceux-ci figurent l’arrivée du tram à l’aéroport, dont l’inauguration est prévue le 29 avril, ou les travaux du BHNS Bordeaux – Saint-Aubin, annoncé pour le printemps 2024. Et la métropole, qui a également dû se saisir de la compétence des bus scolaires, compte démultiplier les dessertes pour offrir des alternatives à la voiture.

Selon les termes de Marie-Ange Debon, présidente de Keolis, il s’agit de déclencher un « choc d’offre, seul moyen d’arriver à l’objectif que nous cherchons tous, la décarbonation des transports », et « au-delà, la décongestion du trafic automobile et le désenclavement de certains territoires ».

Ce « choc » va se décliner par une plus grande « amplitude géographique et horaires », notamment des bus, et davantage de vélos et de bateaux mis en circulation. Pour Keolis, l’objectif est d’augmenter d’ici 2030 de 40% les recettes, et donc le trafic, sur un réseau qui enregistre actuellement 150 millions de voyages par an.

1 – Des nouvelles lignes de bus

Pour accompagner l’accroissement de la population et desservir les nouvelles zones d’habitats et d’activités, l’offre kilométrique de bus va augmenter de 9,6% sur la durée du contrat de délégation de service public. Un gros lifting va avoir lieu, avec changements de numéros et de codes couleurs, plus modifications de quelques tracés.

Afin d’aider les usagers, un site dédié a été créé comportant les plans du réseau et des lignes, et des kits d’information seront envoyés à tous les habitants de la métropole.

Trois nouvelles Lianes sont créées, préfigurations de 3 des 7 futurs bus express (dont l’un d’eux empruntera les boulevards). Dès le 4 septembre prochain circuleront ainsi les Lianes 31 (ex ligne 10) – Ambès-Gradignan via la gare Saint-Jean et le campus –, 35 – liaison circulaire intrarocade reliant Bruges, Eysines, Mérignac, Pessac et Bègles, via la gare et le campus également –, et 39 – liaison circulaire extra-rocade entre Villenave, Saint-Aubin et Eysines, via l’aéroport, et empruntant une voie dédiée sur la rocade.

Ces lignes circuleront tous les jours, de 5h à minuit (1h du jeudi au samedi soir), avec une fréquence toutes les 10 mn aux heures de pointe. Toutes les autres lignes de bus fonctionneront « tous les jours, y compris week-ends et jours fériés, jusqu’à 23h minimum », afin de desservir chacune des 28 communes.

Certains de ces changements font d’ores et déjà des mécontents. Ainsi, des usagers de la Lianes 10 ont lancé une pétition contre le nouveau tracé de la Lianes 31, qui sur la rive droite ne passera plus par Stalingrad et le Jardin Botanique, mais par Belvédère et Cenon Gare avant de rallier le bas Lormont.

3000 franchissements

D’autres nouvelles lignes vont être créées pour desservir les principaux bassins d’emploi – l’Ecoparc de Blanquefort par le bus 79, l’Aéroparc de Mérignac par les lignes 33 et 51, Bersol par la ligne 55 Directe (Bordeaux-centre – Pellegrin – Pessac-centre) – et relier les deux rives.

7 lignes franchiront ainsi la Garonne : outre les Lianes 7 et 16 existantes, et la Lianes 31 déjà citée, les ligne 25 (ex 45), 27 et 32 seront renforcées, une nouvelle Ligne 53 Directe va voir le jour entre Ambès et la place Ravezies.

« Avec le développement du réseau de bus, l’augmentation de fréquence du tramway et le développement des navettes fluviales, les liaisons entre les deux rives feront plus que doubler par rapport à aujourd’hui, pour atteindre 3000 franchissements par jour », indique Pierrick Poirier, directeur général de Keolis Bordeaux Métropole.

L’offre kilométrique de bus va augmenter de près de 10% Photo : SB/Rue89 Bordeaux

2 – Plus de transports à la demande

Outre le TBNight, maintenu et qui fonctionnera désormais aussi l’été, TBM va mettre en place le Flex’Night, des lignes nocturnes au départ des Quinconces à 2h et 4h du matin, du jeudi au samedi soir. Ces minibus seront accessibles sur réservation, avec des arrêts de descente définis en fonction des demandes des passagers.

L’offre de transports à la demande va être étoffée par deux autres services : Flex’Aéro, permettant de commander (jusqu’à 20 minutes avant le départ) un trajet entre la zone d’activité de l’Aéroparc et les gares de Pessac-Alouette, Mérignac, Caudéran et Sainte-Germaine.

Flex’Gare, un dispositif équivalent, donnera lui la possibilité de rejoindre les gares du futur RER Métropolitain (Bassens, Carbon-Blanc, Parempuyre…), toujours sur réservation préalable. Il promet une « correspondance garantie avec le TER ».

L’offre du Mobibus pour les personnes à mobilité réduite va également s’améliorer (plus grande amplitude horaire, deux nouvelles zones desservies avec la gare de Cestas et la zone commerciale de Sainte-Eulalie).

3 – Des vélos pour tous les usages

Malgré la concurrence du free-floating, TBM ne laisse pas tomber les V3, au contraire. Rebaptisé « Le vélo », les biclous en libre-service seront plus nombreux – 2000, dont 1000 vélos électriques, soit 500 de plus qu’actuellement. L’usager ne sera plus tenu d’assurer lui-même la recharge des batteries des VAE, elle sera faite par TBM.

Des bécanes plus modernes (cadenas connectés, feux clignotants….) vont remplacer les vélos actuels, qui seront recyclés. 600 d’entre eux seront prêtés aux visiteurs attendus à Bordeaux pour la Coupe du monde de rugby en septembre 2023. L’offre sera incluse dans les abonnements TBM (ou 30€ par an pour Le Vélo seul), avec un supplément de 45€ par an pour le VAE (75€ pour cette offre seule).

Des prêts ou des locations

Par ailleurs, Keolis lance une nouvelle offre : le Vélo’C. A partir du 15 mai, 1000 vélos électriques et 30 vélos cargo seront proposés en location longue durée, au prix de 300€ par an. Des prêts gratuits réservés aux habitants de Bordeaux Métropole sont aussi proposés : 10 mois pour les vélos classiques, deux mois pour les vélos électriques, cargos ou spéciaux (triporteurs…).

Ce seront en tout 6700 vélos qui seront ainsi mis à disposition.

Pour éviter les vols, un des freins majeurs au développement du vélo, TBM va harmoniser l’offre de stationnement avec le Vélopark, incluant notamment les Vélobox ou les abris de la gare Saint-Jean et des parcs relais. 12 nouveaux abris vont être déployés dès 2023, avec un accès gratuit pour les abonnés TBM (1,80€ les 24h et 35€ l’année pour les autres).

Béatrice de François, vice-présidente de Bordeaux Métropole, Pierrick Poirier et Marie-Ange Debon, dirigeants de Keolis, sur les nouveaux vélos de TBM Photo : SB/Rue89 Bordeaux

4 – Le BatCub devient Bato

Le Bato, nouveau nom du BatCub, va développer son offre à partir de 2024 grâce à l’achat de deux nouveaux bateaux et la création de trois lignes distinctes : de Benauge à Port Garonne (à Bègles) via le ponton Belvédère, de Lormont Bas à la Cité du Vin avec renfort de fréquence, et une liaison centrale de cabotage de Stalingrad aux Hangars avec des traversées rapides d’une rive à l’autre.

Le service devrait s’accroitre à partir de 2025 grâce à l’achat de deux autres navettes fluviales et la livraison de nouveaux pontons, en amont comme en aval de Bordeaux.

5 – Des parc-relais plus ouverts

Afin de favoriser les transports combinés avec le train ou inciter les automobilistes en visite à Bordeaux à ne pas les utiliser en ville, TBM va proposer à partir du 1er juin une offre « court séjour » dans ses 12 parcs-relais. Une voiture pourra stationner entre 2 et 5 jours consécutifs, pour un tarif allant de 12€ à 25€.

Par ailleurs, les trois parcs-relais accessibles aujourd’hui aux seuls abonnés TBM seront à partir de juin ouverts à l’ensemble des usagers. De même, une expérimentation va être lancée dans quatre P+R – 40 journaux à Bordeaux Nord, Mérignac Arlac, Mérignac les Pins et Pessac Alouette – pour autoriser les riverains habitant dans un rayon de 500 mètres de s’y garer la nuit.

Les parcs-relais « sont particulièrement importants pour permettre de réduire la circulation automobile dans l’agglomération, notamment avec la future mise en place de la ZFE (zone à faible émission) », note TBM.


#transports

Activez les notifications pour être alerté des nouveaux articles publiés en lien avec ce sujet.

Voir tous les articles
Plus d'options