Brèves 

« FIP mais pas FIN », les acteurs culturels défendent l’antenne bordelaise

« De FIB nous sommes passés à FIP, nous ne nous résignons pas à passer à FIN ! » Plus de 65 structures culturelles girondines se mobilisent pour Fip Bordeaux/Arcachon. La locale de la radio musicale de Radio France est menacée par le projet de la direction.

Les associations les plus représentatives de la culture locale se joignent aux salles les plus importantes de la métropole et à de nombreux services culturels pour porter un message commun :

« FIP Bordeaux, c’est un partenariat sur la durée, qui donne une sorte de labellisation des choix de la station sur des propositions très éclectiques. »

Dans leur communiqué, les structures rappellent que Fip Bordeaux se trouve « au plus près de l’offre artistique (…) quelles que soient leur taille et les disciplines artistiques proposées. »

Une pétition à 32000 signatures

Trois courriers viennent d’être adressé à la ministre de la Culture, Audrey Azoulay, au président du CSA, Olivier Schramek et avant-tout au PDG de Radio France, Mathieu Galet. Une mobilisation similaire se déroule dans les deux autres locales menacées, dernières du genre, à Nantes et Strasbourg, réunissant ainsi plus de 200 acteurs culturels.

Elle complète celle des élus qui se sont adressés à la ministre de la Culture (comme Michèle Delaunay et Sandrine Doucet) mais aussi la pétition lancée par le collectif Fip Toujours qui a dépassé les 32000 signataires.

L'AUTEUR
Xavier Ridon
Xavier Ridon
Rémois, devenu journaliste à Tours, installé à Bordeaux. Bref, file vers le Sud avec un micro et un stylo.
En BREF

Nouvel aménagement pour le port de plaisance des Bassins à flot en 2018

par Walid Salem. 383 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Le logement social aquitain craint une perte croquignolesque de 110 millions d’euros

par Simon Barthélémy. 1 136 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Les noms de Simone Noailles et de plusieurs femmes donnés à des lieux bordelais

par La Rédaction. 633 visites. Aucun commentaire pour l'instant.