Nicolas Hulot lâche les projets des LGV mais pas pour des raisons écologiques
Vigie 

Nicolas Hulot lâche les projets des LGV mais pas pour des raisons écologiques

[A LIRE ET ÉCOUTER SUR FRANCE INFO] Nicolas Hulot a rajouté une pelletée de terre sur la tombe du projet des LGV Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Hendaye, dit GPSO. Le rêve des présidents des régions Nouvelle-Aquitaine et Occitanie avait été déjà en partie torpillé par Emmanuel Macron lors de l’inauguration de la ligne Paris-Bordeaux.

En juin dernier, l’annulation de la déclaration d’utilité publique du GPSO avait été prononcée par le tribunal administratif de Bordeaux. Alain Rousset et Alain Juppé, qui ferraillent pour le grand projet ferroviaire du Sud Ouest, priaient l’Etat de faire appel.

Le ministre de l’écologie et de la transition sociale les désavoue ce mercredi matin sur France Info. Mais ce n’est ni une raison écolo ni une raison sociale qui est évoquée, mais une raison comptable :

« Ce n’est pas franchement la priorité. Si on avait les moyens, volontiers. Moi je découvre qu’on n’a pas les moyens. Le réseau ferré perd un milliard (d’euros, ndlr) chaque année. Ou on dissimule et on creuse la dette et ça va être de pire en pire ou on décide des priorités. »

Ces priorités sont, pour lui, que les transports en commun arrivent à l’heure et soit plus confortables.

Sur le site de franceinfo.fr

L'AUTEUR
Xavier Ridon
Xavier Ridon
Rémois, devenu journaliste à Tours, installé à Bordeaux. Bref, file vers le Sud avec un micro et un stylo.

En BREF

La deuxième grève pour le climat mobilise moins à Bordeaux

par Lucile Bonnin. Aucun commentaire pour l'instant.

Filiale de Veolia, Soval va rafler le marché du traitement des déchets bordelais

par Simon Barthélémy. 797 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Après l’incendie du parking Salinières, le tram C interrompu pour une durée inconnue

par Simon Barthélémy. 819 visites. 1 commentaire.