Pourquoi l’accès à certains articles de Rue89 Bordeaux est-il payant ?
Back Office 

Pourquoi l’accès à certains articles de Rue89 Bordeaux est-il payant ?

Vous vous êtes peut-être déjà posé cette question en arrivant sur notre site : pourquoi la plupart des articles de Rue89 Bordeaux sont-ils en accès libre et d’autres, flanqués d’un liseré bleu, réservés à nos abonnés ?

Depuis 18 mois, notre média, créé par des Bordelais et indépendant de tout groupe de presse (y compris du Monde, propriétaire de L’Obs et du site Rue89), tente de développer un modèle original dans le paysage des « pure players » locaux : le freemium – mot-valise constitué de free (libre, gratuit) et premium.

Nous faisons comme beaucoup d’autres le constat que la gratuité totale des contenus, financée par la publicité ou des activités annexes au journalisme, n’est pas viable pour les sites d’information libres et locaux. L’audience n’est pas assez massive pour intéresser des annonceurs, qui ne goûtent guère par ailleurs d’associer leur image à notre liberté de ton.

5 € : le prix d’une pinte

Suite au succès de notre campagne de financement participatif en 2016, qui nous avait donné des moyens et surtout la confiance de nos lecteurs, nous avons donc lancé notre Kiosque Abonné, avec la volonté de parvenir à un modèle économique pérenne.

Pour 5 euros par mois, ou 50 euros par an, ses lecteurs ont accès à des dossiers, au rythme de un à deux par mois, riches de 3 à plus de 10 articles en fonction des sujets, de l’envers du béton à la place des femmes dans les métiers d’homme, en passant par tous les visages de Bordeaux – cité libertine, XXL, touristique et toc… – et de ses clichés qui daillent gavé !

Pour le même prix, modeste et inchangé, nous avons désormais décidé d’enrichir ces contenus premium, en proposant également à nos abonnés des informations exclusives, des enquêtes ou des reportages réalisés par nos journalistes.

Vous avez ainsi pu voir récemment nos articles sur le rapport de la chambre régionale des comptes visant Bordeaux Grands Evènements, et sur les polémiques soulevées par les ouvertures de foyers pour les mineurs étrangers en Gironde. Voici ce samedi des révélations sur la situation confuse du festival Climax à quelques mois seulement de sa quatrième édition.

Intérêt général

En vous abonnant, vous aurez la primeur de ces informations. Vous contribuerez ainsi à la poursuite de notre aventure éditoriale : nous avons en effet besoin de davantage de lecteurs pour rétribuer correctement nos journalistes, financer des enquêtes au long cours, assoir notre indépendance…

Vous permettrez en outre qu’un large public ait accès à nos articles en libre accès. Si nous choisissons d’offrir aux internautes nos reportages sur le bidonville des Sahraouis, sur le mouvement des étudiants ou sur les actions de l’extrême-droite, c’est certes parce qu’on peut trouver ces (ré)informations ailleurs. Mais c’est aussi parce qu’elles nous semblent d’intérêt général, et méritent d’être traitées avec la « touch » Rue89 Bordeaux, rigoureuse et engagée, même si nous ne faisons pas toujours des copains au passage !

Comme tout ce qui est gratuit – l’éducation, la santé, les transports à Libourne… –, l’information a un coût, supporté par la redevance pour le service public, par la publicité sur TF1, par les dons des lecteurs sur Reporterre… Alors abonnez-vous, Rue89 Bordeaux vivra et vous en ferez profiter tout le monde.

L'AUTEUR
La Rédaction
La Rédaction
Les informations auxquelles participent plusieurs journalistes de l'équipe.

En BREF

La députée de l’Entre-deux-Mers Christelle Dubos entre au gouvernement

par Simon Barthélémy. 998 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Du Aznavour, un Gaulois et 5000 manifestants contre la « casse sociale » à Bordeaux

par Xavier Ridon. 571 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

A Bordeaux, le paquebot The World rebaptisé The Worst par Olivier Crouzel

par Walid Salem. 5 515 visites. 1 commentaire.