Des plateformes en ligne pour soutenir les agriculteurs locaux
Vie pratique 

Des plateformes en ligne pour soutenir les agriculteurs locaux

actualisé le 27/03/2020 à 01h47

Le Département de la Gironde vient d’ouvrir un site permettant aux agriculteurs de proposer à la vente directe leurs fruits, légumes, viandes ou poissons. Celle de la Région Nouvelle-Aquitaine sera effective le 31 mars.

Les institutions redoublent d’efforts pour venir en aide à la filière agricole privée de marchés locaux, de restaurants et de restauration collective, presque tous fermés à cause de l’épidémie de coronavirus.

Le principe est de se faire livrer chez soi en plein confinement. Il s’agit donc de mettre en relation les consommateurs ou les commerces alimentaires et les producteurs agro-alimentaires à proximité (légumes, viandes, fromages…).

La plateforme Producteurs girondins est déjà en ligne, Produits locaux Nouvelle-Aquitaine le sera le mardi 31 mars. Elles ont le soutien des chambres d’agricultures, des Chambres des métiers et de l’artisanat, et des Chambres de commerce.

Circuits courts

Le premier site développé par le Département référence les producteurs locaux de Gironde. Ils sont préalablement invités à faire connaître leurs productions, et sont présentés par produit et par secteur, avec les coordonnées de chaque producteur et point de vente sur cette carte.

Dans cette même logique de circuit court, la plateforme de la région Nouvelle-Aquitaine veut réunir les agriculteurs, producteurs ainsi que les artisans qui peuvent assurer la livraison de ces produits « autour de chez eux ». Elle les invite à s’inscrire dès ce vendredi 27 mars. Le client pourra ensuite se géolocaliser sur la plateforme à partir du 31 mars pour trouver des producteurs à proximité.

L’appel de l’asperge

Un catalogue de vendeurs bio d’Aquitaine est également consultable sur ce lien. A noter que ces plateformes ne comprennent aucun intermédiaire et ne nécessitent aucun engagement à long terme, contrairement aux Amap. Ces dernières continuent à fonctionner normalement (et pour certaines aident leurs producteurs à passer ce cap difficile en relayant leurs propositions de vente directe).

Les utilisateurs de ces plateformes devront en revanche nécessairement utiliser une attestation de déplacement dérogatoire pour retirer ou acheter les produits alimentaires auprès de ces producteurs locaux ou les retirer dans des points relais.

Mangez du gigot !

S’exprimant ce jeudi lors d’une visioconférence de presse, Jean-Luc Gleyze a jugé que cette plateforme est un bon exemple des « tests grandeur nature » qui pourraient continuer et être consolidés après la crise :

« Cela n’a pas beaucoup de sens de faire venir des produits de loin alors qu’il y a des producteurs à proximité qui peuvent garantir une alimentation de qualité », estime le président du Département de la Gironde.

Ce dernier entend désormais prôner la « résilience », c’est à dire l’adaptation du territoire à la crise écologique, dans ses politiques publiques.

« Nous touchons aujourd’hui du doigt ce que peut-être l’effondrement de nos sociétés (…). Cette crise révèle les carences et la vulnérabilité  de notre village global. Le monde de demain, après l’épidémie, ne devra pas être le même, il faudra inventer d’autres manières de vivre plus solidaires et respectueuses de l’environnement. »

Alimenter les étudiants

Dans l’urgence du confinement, le président du conseil départemental a par ailleurs souhaité que les cuisines des collèges puissent alimenter en portions individuelles les étudiants confinés.

En visite ce jeudi matin à la Banque Alimentaire de Bordeaux, le maire Nicolas Florian a également lancé la coordination par la Ville, d’une plateforme alimentaire dédiée aux étudiants en situation précaire, en partenariat avec la Banque Alimentaire, la Chambre d’agriculture et le CROUS. La Ville vient de créer un fonds exceptionnel doté de 100 000 €, pour soutenir les associations et opérateurs qui interviennent auprès des publics fragiles.

L'AUTEUR
La Rédaction
La Rédaction
Les informations auxquelles participent plusieurs journalistes de l'équipe.

En BREF

Expulsion des occupants du squat de la rue Gravelotte à Bordeaux

par Walid Salem. 7 331 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Le gaz hilarant bientôt interdit aux mineurs à Bordeaux ?

par La Rédaction. 1 069 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

L’édition 2020 du Fifib, chamboulée par la crise, se tient du 14 au 19 octobre

par La Rédaction. 308 visites. Aucun commentaire pour l'instant.