Déconfinement : Bordeaux renoue avec le virus du shopping
Société 

Déconfinement : Bordeaux renoue avec le virus du shopping

Le déconfinement a commencé ce 11 mai à Bordeaux notamment par la réouverture des commerces de la rue Sainte-Catherine. Les centres commerciaux de Bordeaux-Lac, des Rives d’Arcins et de Mérignac-Soleil ont aussi obtenu le feu vert pour reprendre leur activité.

Rue Sainte-Catherine, le port de masque est depuis ce lundi « fortement conseillé » par des « signaleurs » de la Ville de Bordeaux, selon les termes de Nicolas Florian, maire de Bordeaux. S’il est obligatoire dans les transports publics, et recommandé dans les magasins, la préfecture de la Gironde a en effet déconseillé à la mairie de Bordeaux de le rendre obligatoire dans l’espace public, tout comme la Ligue des droits de l’homme.

Aussi, la quinzaine de vigiles d’une société privée dépêchée rue Sainte-Catherine font « de la pédagogie » : ils ne peuvent infliger d’amende, d’autant que certains badauds font valoir qu’ils n’ont pas pu se procurer de masque ou n’ont pas reçu ceux promis par la Ville. Nicolas Florian indique que 90% de ceux-ci ont été distribués ou acheminés aux habitants de la métropole, et que les derniers leur parviendraient mercredi « au plus tard ».

Zones d’attente

Patricia, 55 ans, porte quant à elle un masque confectionné par une couturière sollicitée via les réseaux sociaux. Cette assistante commerciale remonte la rue le sac d’un grand magasin à la main, mais faire du shopping n’était pas sa priorité, assure-t-elle :

« J’attendais surtout de pouvoir marcher librement dans Bordeaux, et de faire un cadeau pour ma fille qui reste confinée à Madrid. Cette ville est durement touchée par le coronavirus, comme l’Alsace ou Paris. Cela permet de relativiser : je suis assez rassurée par la situation en Nouvelle-Aquitaine, la région la moins affectée de France. »

D’ailleurs, les chalands se sont pressés devant certaines enseignes de prêt-à-porter, patientant de longues minutes dans les « zones d’attente » afin de respecter les consignes de limitation du nombre de clients. Dans la queue devant l’une d’elles, Julia, 21 ans, dit avoir profité « d’un rendez-vous dans le quartier pour aller voir les promos » de cette chaîne espagnole.

Une prime de 1500 euros

Beaucoup de boutiques ont appliqué les consignes diffusées par la Chambre de commerce et d’industrie (CCI) Bordeaux Gironde, qui a également distribué 900 kits « J’aime mon commerçant » (masques, gel hydroalcoolique, ruban de marquage au sol).

Les trois grands centres commerciaux de l’agglomération – Bordeaux-Lac, Mérignac-Soleil et Rives d’Arcins –, qui dépassent ou flirtent avec les 40000 m2, et auraient dû rester fermés en vertu des règles gouvernementales, ont finalement obtenu dimanche soir de la préfecture l’autorisation d’ouvrir.

La CCI indique par ailleurs ce lundi avoir reçu 3460 demandes d’information dont plus de la moitié concernant les aides publiques. Le formulaire de demande pour bénéficier du fonds d’urgence de Bordeaux Métropole vient d’être mis en ligne.

Doté de 15,7 millions d’euros, il abondera une aide de 1500 euros pour chaque entreprise de moins de 5 salariés justifiant d’une baisse de 40% de son chiffre d’affaires par rapport à mars 2018, plus 1000 euros de prime à l’emploi possible pour celles d’au moins 3 salariés. La métropole estime que cette aide pourrait bénéficier à plus de 9000 entreprises.

L'AUTEUR
Simon Barthélémy
Simon Barthélémy
Journaliste, rédacteur en chef de Rue89 Bordeaux

En BREF

La France condamnée pour protection insuffisante des dauphins du Golfe de Gascogne

par La Rédaction. 525 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Menacé de mort en Guinée, réfugié à Bordeaux, le journaliste Marcel Tolno craint d’être expulsé

par Marie Piquet. 839 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

« Décrocheurs » : un militant écologiste de nouveau poursuivi en justice à Bordeaux

par Marie Piquet. 2 806 visites. Aucun commentaire pour l'instant.