Enquêtes et actualités gavé locales

Pour les 10 ans de votre média : objectif 2000 abonné⋅es

30/04/2024 date de fin
729 abonné⋅es sur 2 000
Pour ses 10 ans, Rue89 Bordeaux propose un abonnement à 10€/an et vise les 2000 abonné.es

Contre les passoires thermiques, la lutte est aussi sociale en Gironde

En Gironde, 14 % des ménages sont en situation de précarité énergétique. Un programme conduit par le Département, le Slime33, accompagne les habitants de logements mal isolés ou trop consommateurs d’énergie, en se retournant parfois contre leurs propriétaires. Incursion dans l’intimité de ces foyers où la précarité énergétique révèle le mal logement.

,
Édition abonnés
Contre les passoires thermiques, la lutte est aussi sociale en Gironde
Aurélien Calmels offre des kits permettant aux particuliers de réduire leurs factures, en remplaçant des ampoules ou des appareils très consommateurs

L’allure est décidée. Aurélien Calmels semble savoir y faire : sonner chez les gens, entrer chez eux, entamer une discussion sur un bout de table, glisser « une petite blague » pour détendre l’atmosphère… Le trentenaire s’est rôdé en vendant des isolations à 1€ aux particuliers. Mais il a embrassé depuis un « métier qui a du sens ». Désormais chargé de visite dans le cadre du programme Slime33 (service local d’intervention pour la maîtrise de l’énergie du Département de Gironde), il n’a « plus rien à vendre ».
Employé par la MPS (Maison pour la promotion sociale), une association œuvrant à l’origine dans l’éducation populaire, son entregent lui est toujours utile pour entrer dans l’intimité de foyers sud Girondins, qui lui sont indiqués par l’assistance sociale. Il visite leurs logements afin d’y déceler les causes de leur précarité énergétique.
Ce jour-là, avec sa grosse valise d’outils de mesure qu’il fait rouler derrière lui, il se présente chez Julie* (à la demande des témoins, les prénoms ont été changés), une métairie en pierres aux confins de l’Entre-deux-Mers. Sur un bout de table, devant les factures d’électricité, la discussion s’amorce.

Une « tuile » et un bas de laine à sec

Julie dépense plus de 2000€ par an pour se chauffer au gaz, alors qu’elle ne gagne que le Smic. Malgré l’installation d’un poêle à bois, subventionné par ma Prime Renov, cette mère célibataire n’atteint que péniblement les 18 °C en hiver, soit un degré inférieur à la température de confort, et 15 °C certains matins.
Lorsqu’il y a trois ans, elle est devenue propriétaire d’un joli ensemble du XIXe siècle de 400 m2 (mais seulement 80 m2 habitables), une « mauvaise surprise » découverte dans la structure du toit l’oblige à dilapider les fonds prévus pour le réhabiliter. Julie renonce à isoler sa maison, et pense ne pas être éligible aux aides de l’Etat.
La propriétaire rejoint ainsi les rangs des 88000 ménages girondins en précarité énergétique, c’est à dire dépensant au moins 8% de leurs revenus dans le chauffage. Ils représentent 14% des ménages du département, quand, selon la Direction départementale des Territoires et de la Mer (DDTM), 25% des Français seraient concernés.

Cet article fait partie de l’édition abonnés. | Déjà abonné ? Connectez-vous

Abonnez-vous maintenant pour poursuivre votre lecture

Abonnez-vous
Abonnez-vous maintenant pour suivre l’actualité locale.

Déjà abonné ?

Connectez-vous

L’investigation locale à portée de main.

Abonnez-vous et profitez d’un accès illimité à Rue89Bordeaux. Annulez quand vous voulez.

Déjà abonné ? Connectez-vous

Choisissez votre formule :

#précarité énergétique

Activez les notifications pour être alerté des nouveaux articles publiés en lien avec ce sujet.

Voir tous les articles
Partager
Plus d'options